Actualités Social

Bas-Uele : Affaire mbororo, Valentin Senga propose recensement et cantonnement provisoires en vue de leur rapatriement dans leurs pays d’origine.

Bas-Uele : Affaire mbororo, Valentin Senga propose recensement et cantonnement provisoires en vue de leur rapatriement dans leurs pays d’origine.

Dans son discours prononcé à l’occasion du forum de renforcement des capacités des administrateurs de territoires ainsi que les chefs coutumiers de la province du Bas-uele ce samedi, 05 août 2020, le gouverneur de cette nouvelle province issue du démembrement, Valentin Senga Paysayo a peint le tableau de sa juridiction administrative en présence du vice-premier ministre et ministre de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières, Gilbert Kakonde.

Valentin Senga a brossé brièvement la situation générale de la province qu’il dirige depuis un an pratiquement jour pour jour.

En effet, étendue sur une superficie de 148.331 kilomètres carrés, le Bas-Uele est confronté à un double défi sécuritaire et de développement qui plombe son décollage, a fait savoir Valentin Senga.

S’agissant du défi sécuritaire, il est à noter qu’en plus de la porosité de la frontière nord, la population du Bas-Uele est en proie à des attaques, exactions et incursions récurrentes des groupes armés Lord Resistance Army ( LRA ), SELEKA, ANTIBALAKA, les braconniers internationaux et même des éleveurs nomades Mbororo qui écument les espaces de vie du Bas-Uele, causant la mort de nos compatriotes et des méfaits innommables sur l’écosystème, a insisté Valentin Senga devant le Vice Premier Ministre, le ministre des droits humains, les membres de la délégation parlementaire constituée des élus nationaux de l’espace Uele avec à leur tête, le sénateur Nestor Ngbonda Dauly.

Tout en saluant le récent déploiement par le gouvernement central des éléments FARDC dans le territoire de Bondo, Valentin Senga reconnaît que ce déploiement a permis de rétablir une certaine accalmie dans ce secteur tout en déplorant l’insuffisance de la prise en charge des unités déjà déployés avec comme conséquence, les actes d’indiscipline de leur part.

C’est ainsi que le gouvernement provincial du Bas-Uele que dirige Valentin Senga Paysayo appelle de tous ses vœux à une action militaire de grande ampleur dans les territoires de Ango, Bondo et Boko pour mettre définitivement fin à cette situation d’insécurité devenue permanente dans cette partie du territoire national.

Pour ce qui est de la problématique liée à la présence irrégulière des éleveurs nomades Mbororo qui prive de leur sommeil les filles et fils du Bas-Uele, le Gouverneur  du Bas-Uele rappelle que la gestion des étrangers relève exclusivement du gouvernement central dont il a l’honneur de recevoir parmi les habitants du Bas-Uele le responsable sectoriel attitré qui est le vice-premier ministre et ministre de l’intérieur, sécurité et affaires coutumières.

Dans la perspective de bouter hors du territoire national ces envahisseurs, la province du Bas-Uele, comme entité victime de cette présence irrégulière propose au gouvernement central d’organiser en toute urgence le renforcement des capacités opérationnelles des services de sécurité le long des 800 kilomètres de frontière; l’identification et le recensement de tous les éleveurs Mbororo et leur cantonnement provisoire dans les sites ciblés en vue de leur rapatriement dans leurs pays d’origine.

Sébastien MULAMBA