Actualités Santé

Covid-19 : alerte planétaire sur une possible pénurie de préservatifs.

Covid-19 : alerte planétaire sur une possible pénurie de préservatifs.

A cause de la pandémie du Covid-19, les Nations Unies alertent sur le risque d’une pénurie de préservatifs qui aurait un impact désastreux sur la lutte contre les infections sexuellement transmissibles et pour les femmes, notamment dans les pays en développement.

La pénurie de préservatifs, est une conséquence inattendue de la pandémie actuelle du covid-19 : en raison d’une baisse de la production de latex. L’organisation des Nations Unies lance l’alerte, car la production mondiale chute et la situation pourrait être « désastreuse ».
Dans les pays en développement, l’agence craint en effet une recrudescence des maladies sexuellement transmissibles comme le VIH, et la multiplication des avortements à risque.

La fabrication de latex ralentie

L’ONU ne reçoit que la moitié des livraisons habituelles. Ce sont des millions de préservatifs en moins pour les pays en développement, les programmes humanitaires et les populations les plus vulnérables. Une pénurie liée aux difficultés de production en Asie du sud-est, premier producteur mondial : à cause de la fermeture des frontières, toute la fabrication de latex est ralentie et certaines usines de préservatifs en Malaisie ont même dû fermer plusieurs semaines.

La plus grande organisation mondiale craint donc une recrudescence des infections sexuellement transmissibles, comme le VIH, et la multiplication de grossesses non désirées.
Selon elle, en Afrique de l’ouest, la situation pourrait être catastrophique pour beaucoup de femmes.

D’après Marie Lussier de Médecins du monde,

« Il y a plus de 40% des femmes dans le monde qui vivent dans un pays où l’avortement n’est pas légal. Pour autant, ces femmes vont toujours chercher à avorter si leur grossesse n’est pas désirée, et pour cela elles utiliseront tous les moyens », rappelle-t-elle.

Il y a donc, selon elle, « forcément un risque vraiment important que cela soit pratiqué dans des conditions sanitaires dangereuses, ce qui va avoir des conséquences extrêmement graves sur leur santé et peut aller jusqu’au décès. » Quelque 22.000 femmes meurent chaque année dans le monde à la suite d’un avortement non médicalisé.

Jean Claude Fundi