Actualités Social Sport

Covid-19 : le CENADEP inquiet par la pandémie dans les sites miniers et centre de négoce dans la grande orientale.

Covid-19 : le CENADEP inquiet par la pandémie dans les sites miniers et centre de négoce dans la grande orientale.

Le centre national d’appui au développement et à la participation populaire (CENADEP) antenne de Kisangani, se dit préoccupé par la pandémie à coronavirus dans les sites miniers, centres de négoce et/ou sur les chaines d’approvisionnement en diamant, or et autres minerais de la grande province orientale.

Dans un communiqué rendu public mardi 21 avril et signé par son coordonnateur Yves LUTUMBA, cette organisation non gouvernementale de la société civile congolaise, exprime son inquiétude en rapport avec la gestion de la pandémie covid-19 dans les carrés miniers sachant que le premier cas testé positif est celui d’un opérateur minier artisanal de la province de l’Ituri, partie intégrante de la grande province orientale.


S’appuyant sur la situation sanitaire et les conditions de travail dans les milieux d’exploitation et des transactions minières, tout en craignant la dangerosité de la pandémie à coronavirus mais aussi, le faible mécanisme d’information et de sensibilisation ainsi que la quasi inexistence des structures sanitaires appropriées dans les sites miniers, le CENADEP antenne de Kisangani alerte et lance un appel aux autorités à tous les niveaux et aux organisations de la société civile. Ainsi donc, au gouvernement de la RDC, le centre national d’appui au développement et à la participation populaire appelle au renforcement de la décentralisation du comité de riposte en dotant les provinces et particulièrement celles de la grande orientale des possibilités de dépister localement les cas de covid-19.

Aux gouvernements provinciaux de la Tshopo, Ituri, Bas-Uélé et Haut-Uélé, cette organisation de la société civile les invitent à instruire les services spécialisés (MINES et SAEMAPE) pour le suivi indéfectible et l’application stricte des mesures et dispositifs édictés en cette matière par les autorités du pays dans ces milieux. Il demande également aux dirigeants de ces quatre provinces d’exiger des centres de négoce et des responsables des carrés miniers de renforcer les mesures barrières (port des masques, distanciation sociale, lavage des mains et utilisation des gel hydroalcooliques).

Quant aux responsables des sites miniers, présidents de négociants et comptoirs d’assurer le respect de différentes mesures de prévention mais aussi contribuer à renforcer l’immunité des employés et de creuseurs artisanaux en favorisant leur accès à une alimentation équilibrée.

Le centre national d’appui au développement et à la participation populaire antenne de Kisangani, invite par ailleurs le conseil mondial de diamant et à la présidence de Kimberley, de renforcer la solidarité avec les pays producteurs en développant des mécanismes d’appui direct aux coopératives minières artisanales afin de développer des capacités à se prémunir du covid-19 et à développer rapidement une résilience.

Par contre, les organisations de la société civile sont appelées à développer des mécanismes de collaboration avec les services sanitaires pour tout cas suspect de symptômes de covid-19. Cependant, pour les travailleurs et creuseurs, le CENADEP estiment qu’ils doivent développer une réelle conscience et comprendre que le coronavirus est une pandémie très mortelle. Ils les appellent à collaborer volontiers avec les équipes de riposte à leurs dispositions pour tout cas de dépistage ou de prise en charge médicale.

La République Démocratique du Congo enregistre à ce jour 350 cas positifs de la maladie à coronavirus ainsi que plus de 20 décès.

Le centre national d’appui au développement et à la participation populaire est membre de la coalition internationale de la société civile du système de certification du processus de Kimberley.

Jean Claude Fundi.