Actualités Santé Social

Covid-19-TSHOPO : Quand Walle Lufungula se raisaisit

Covid-19-TSHOPO : Quand Walle Lufungula se raisaisit

Sérieux relâchement dans l’application des mesures barrières contre la Covid-19.
Ce constat est du Gouverneur, Louis- Marie LUFUNGULA au cours d’une réunion mercredi 27 mai à son office de travail. Une rencontre qui a réuni autour d’une table, le maire de la ville de Kisangani Jean-Louis Alaso, les Bourgmestres de six Communes et le Chef Secteur Lubuya Bera.

« La Tshopo est épargnée jusqu’alors mais nous ne devons pas dormir sur nos lauriers » , a martelé l’Autorité provinciale avant d’en appeler à la vigilance tous azimuts de la part des autorités urbaine et municipales, note Stanis Bilanga porte parole du gouverneur Walle Lufungula.

A en croire les écrits de ce dernier partager dans les réseaux sociaux, le gouverneur de province a regretté que les obsèques, les cortèges funèbres s’organisent comme en temps normal de même que les débits de boisson pullulent.

Le gouverneur de la province de la Tshopo trouve inacceptable et appelle au respect strict des mesures barrières.

Les autorités municipales ont cependant relevé la complicité de hautes personnalités de la province qui entêtent les détenteurs des bistrots par leur présence massive et régulière en ces lieux, bafouant ainsi les mesures prises par le Chef de l’État. Elles ont pour cela sollicité le concours du Gouverneur pour décourager cette pratique, souligne Jean Stanis Bilanga.

Le gouverneur de la province de la Tshopo se réveille enfin ?

Le constat fait sur terrain à Kisangani par les communs de mortels indique que les mesures barrières sont foulées au pied par la population.

Certaines mesures ne sont pas respectées telles que l’organisation de deuil et la distanciation sociale.

Ces mesures sont trop souvent piétiné par ceux censé les faire respecter. Le cas échéant est celui du samedi 23 mai  à l’occasion de la présentation des engins de la voirie, un nombre important de la population a assisté à cette émouvante cérémonie. L’on a dénombré plus de 500 personnes sans respect de la distanciation sociale. Pourtant, le rassemblement de plus de 20 personnes est interdit en cette période de la pandémie à Coronavirus.

Cette aritude  de l’autorité provinciale n’est-ce pas un signal fort pour que les choses rentrent à la normale.

*Jean Claude Fundi.*