Actualités Social Economie

Fiscalité : Ce que pensent les taximen moto de l’achat des documents de bord (Vox pop)

Fiscalité : Ce que pensent les taximen moto de l’achat des documents de bord (Vox pop)

Une «psychose» dans le chef de taximen moto à Kisangani, le soir du lundi 09 mars depuis l’annonce pour demain du recouvrement forcé pour l’achat des documents de bord exigés par le gouvernement provincial de la Tshopo.

Des carnavals accompagné de klaxons, c’est en quelque sorte leur manière de s’exprimer. Regroupés en groupuscules et abordés par nous, les taximen moto nous ont parlé à coeur ouvert de ce qu’ils pensent de l’achat des documents de bord.

Pour eux, ils n’étaient pas informés du programme de recouvrement forcé. Par ailleurs, ils se disent ne pas être en mesure d’acheter ces documents au prix fixé par le gouvernement provincial.


À en croire leurs dires, le gouverneur leur aurait promis d’échanger avec eux à l’Alliance française de Kisangani  pour les écouter. Une chose jamais faite. Or, ça  aurait été  la seule occasion pour eux de dire au gouverneur ce qu’ils pensent de l’achat des documents de bord.

«…Les gens nous comprennent à travers, nous n’avons jamais refuser de payer la taxe, car nous savons son importance…Notre problème c’est le montant à payer, c’est trop cher vue notre capacité de mobilisation des recettes… Que le gouverneur Wale accepte de repousser la date de recouvrement et qu’on échange avec lui sur notre vrai problème, c’est important de nous écouter…»

Certaines langues aussi se questionnent sur la chance du gouvernement pour gagner ce pari et celle de taximen, vue l’environnement d’incertitude qui s’installe peu à peu. Un questionnement sans réponse.

La journée de ce mardi 10 mars pourrait être fatal pour la ville de Kisangani.  Déjà certains parents  dont les enfants utilisent les motos pour se rendre a l’école, se plaignent.  Les conducteurs de moto leur auraient dis qu’ils ne seront pas en mesure d’assurer les déplacements de leurs enfants.

Rappelons que pour le recouvrement forcé du mardi 10 mars, les FARDC et la PNC sont réquisitionnées pour le maintien de l’ordre.

Trésor BOTAMBA