Actualités Social

Fonction publique/personnel passif Kisangani : combien doivent percevoir les retraités civils et les anciens combattants ?

Fonction publique/personnel passif Kisangani : combien doivent percevoir les retraités civils et les anciens combattants ?

Pendant environ 20 ans, les taux de la rente de survie des retraités, veuves et orphelins de la Fonction publique et des anciens combattants étaient confinés entre 500 FC ou moins et 7000 FC voire moins, tous grades statutaires confondus.
Ces montants dataient de 1998 après les augmentations opérées par le président de la République, M’zee Laurent-Désiré Kabila (paix à son âme), quelques mois après son arrivée au pouvoir le 17 mai 1997.

A l’époque, les rentiers de la Fonction publique et des Forces armées se retrouvaient avec ce qu’ils percevaient. Mais au fur des années, aucun centime n’y avait plus été ajouté contrairement aux agents et fonctionnaires de l’administration publique, enseignants, médecins, militaires, politiciens … actifs, bien que dérisoire. C’était une longue traversée du désert pour eux, dépourvus de tout moyen de pression sur le gouvernement. Ceux qui avaient rendu des bons et loyaux services à la Nation congolaise dans leur vie professionnelle étaient oubliés et payés en monnaie de singe par le gouvernement de la République.

A Kisangani, les retraités de la Fonction publique ne croyaient pas leurs yeux. Ils soupçonnaient les autorités provinciales en complicité avec celles de Kinshasa de détourner leurs dûs vue la modicité inimaginable de ce qu’ils gagnaient resté statique depuis 1998.
Il a fallu l’accession au pouvoir de M. Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo pour que leur rente de survie puisse connaitre un changement. A la paie du mois de septembre 2019, ils ont été agréablement surpris de nouveaux montants de plus ou moins 9.000 FC à plus ou moins 12.000 FC, tous grades confondus.
Les pensionnés de l’Etat n’ont pas cru leurs yeux.

« Quel miracle le nouveau chef de l’Etat a opéré pour majorer les taux de notre rente de plus au moins 1800% sur le grade le plus bas à plus au moins 180% sur celui le plus élevé ? » ; se sont –ils interrogés.

Pour eux, le président Félix Antoine Tshisekedi est un sauveur qu’ils ont encouragé de continuer sur la même lancée afin que les rentiers de l’Etat puisse recouvrer leur dignité.

A Kisangani, selon certains d’entre eux, les informations en provenance de leurs membres de famille et connaissances émanant de Kinshasa renseignent que l’argent qu’ils touchent est de loin inférieur à celui des rentiers de la capitale. Les taux de la rente de survie de ces derniers sont plutôt de l’ordre de 45.000 FC à 65.000 FC. Bref, il ya détournement, selon eux.

Jusqu’au moment où nous couchions ces lignes, la paie du mois d’avril 2020 n’avait pas encore eu lieu à la division provinciale de la Fonction publique/personnel passif ainsi qu’à celle des Anciens combattants à Kisangani. Le jeudi 30 avril, les pensionnés de la Fonction publique ont fait le pied de grue devant leur guichet de paie à la Grand-poste dans la commune Makiso. Ceci avec espoir d’être payés. Question de disposer de quelque chose pour se procurer de quoi mettre sous la dent le 1er mai, la journée internationale du travail qui est derrière eux.

C’est vers 13 heures que le comptable principal y est arrivé pour leur expliquer la raison de ce retard. À l’en croire, les listings tardent à être expédiés à Kisangani suite au confinement de la commune de la Gombe à Kinshasa où est implanté le ministère de la Fonction publique.
Malgré les démarches de la commission provinciale de paie, le directeur national de la paie est catégorique : « La paie n’aura lieu que sur base des listings ».

Selon toujours cette source, les listings seront expédiés à Kisangani le mardi 05 mai 2020 par un vol de la compagnie aérienne Gomair. Elle a appelé au calme et à la patience les retraités tout en précisant que l’impression des listings se fait trimestriellement.

Il revient donc à la ministre national de la Fonction publique, Mme Yollande Ebongo Bosongo de fixer les esprits quant aux montants réels que doivent toucher les retraités civils et les anciens combattants. Cela devrait se faire par une note circulaire largement médiatisée en vue de trancher si les rumeurs qui circulent dans les milieux des pensionnés de l’Etat au chef-lieu de la province de la Tshopo sont fausses ou vraies.

Il convient de souligner qu’un prestataire social de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS) gagne 180.000 FC par trimestre, soit 60.000 FC par mois. L’écart est trop grand alors que le pensionné affilié à la CNSS enviait celui de l’Etat lorsque la RD Congo fonctionnait encore comme un Etat normal.

GIRIS, Gilbert Risasi.