Actualités Social

Insécurité en Ituri, le député natîonal Uma écrit au chef de l’État.

Insécurité en Ituri, le député natîonal Uma écrit au chef de l’État.

Un tableau sombre de la situation sécuritaire en province de l’Ituri, c’est ce que peint le député natîonal Daniel Furaha Uma dans une lettre adressée au président de la république dont une copie est parvenue à la rédaction de notre média en ligne.

Cette situation, écrit-il, est caractérisée par des morts, des blessés, des incendies des maisons et de déplacement massif de la population.

En outre, l’élu natîonal du territoire de Mahagi salue l’engagement du chef de l’État à éradiquer cette milice avant de constater l’inefficacité en termes d’intervention rapide et décisive due au manque des moyens suffisants et au commandement défectueux sur terrain.

» Malgré votre ferme promesse lors de votre visite pour les festivités de l’indépendance nationale, il semble que les actes concrets tardent à venir. Aujourd’hui, la population est tentée de croire à la complicité des forces armées engagées et au laxisme coupable des institutions politiques. Dans certaines contrées des territoires les plus touchés, la population se sent déjà abandonnée par l’État et envisage de recourir à des mécanismes d’autodéfense, autrefois décriés, ne feront qu’aggraver la misère des vulnérables citoyens «

L’honorable Daniel Furaha Uma déplore ce qu’il qualifie de léthargie des forces de défense et de sécurité qui s’observe avec  » un retrait de régiments au front, des changements impromptus dans les chaînes de commandement opérationnel et une carence générale des moyens et d’hommes sur le terrain » .

Pour éviter que la Province de l’Ituri n’échappe totalement à l’autorité de l’État, le député natîonal recommande au président Tshisekedi de réorganiser profondément le commandement militaire (opérations, renseignements et la logistique). Il demande également au Chef de l’État de donner une priorité à la réforme de la justice et de l’administration territoriale afin d’accompagner les efforts militaires par un encadrement civil pour le retour des déplacés dans leurs milieux d’origine respectifs.

FROK