Dans une interview exclusive accordée à notre média au sujet du rapprochement entre deux groupes rebelles locaux opérant essentiellement dans la province de l’Ituri au Nord-Est de la RDC, le Professeur Richard Mugisa félicite et encourage cette prise de conscience des Ituriens et estime que la paix ne passera que par la prise de conscience collective des filles et fils de l’Ituri. Ci-après notre entretien.

Q/ Quelle lecture faites-vous de cette annonce de ces deux mouvements rebelles FRPI et FPIC ? Il y’a-t-il des indices de seriosité dans cette annonce?

Aujourd’hui, il est pratiquement impossible de circuler en toute quiétude en dehors de la ville de Bunia. Devant cette limite de l’Etat de siège à restaurer la sécurité en Ituri, on ne peut qu’encourager ce rapprochement entre FRPI et FPIC et espérer que les autres groupes armés emboitent le pas.

Il y a lieu d’accorder crédit à ce rapprochement car la vraie paix ne peut venir que des ituriens eux-mêmes s’ils décident à cœurs ouverts d’enterrer la hache de guerre et de s’unir pour le retour effectif de la paix comme l’ont fait en 2003-2004 nos ainés Ngudjolo, Floribert Ndjabu, Chef Kawa et bien d’autres… car à dire vrai, l’opération Artemis n’était venue que consolider les initiatives de paix déjà entamées par ces dignes fils de l’Ituri.

Q/ C’est depuis un temps que le processus de DDRC était annoncé mais sans le moindre début de sa matérialisation. Qu’y a-t-il du nouveau selon votre entendement ?

R/ Effectivement, le processus DDRC était annoncé depuis un certain temps sans une quelconque matérialisation. Ce qui est nouveau est que depuis quelques mois, il s’observe une prise de conscience de certains leaders communautaires et même groupes armés qui favorisent un rapprochement entre communautés. Pour preuve, en octobre 2021, si j’ai encore bonne mémoire, les éléments de FRPI (majoritairement de lendu bindi) ont sauvé la cité de Boga (collectivité de Bahema Boga) des attaques des ADF et beaucoup des civils Hema ont pu trouvé refuge à Gety, une Cité Lendu. Pour dire que ce n’est pas le DDRC qui va pacifier l’Ituri mais les ituriens eux-mêmes, le DDRC ne pourra qu’accompagner cette dynamique si seulement on privilégie ce qui les unis au-delà des petites divergences qui les divisent. Tout en partageant la douleur des victimes de cette guerre qui n’a que trop duré (2017-2022), j’encourage les autres groupes armés de l’Ituri à donner une chance à la paix en s’inscrivant dans cette dynamique des rapprochements entre les communautés à l’exemple de FRPI et FPIC…Si seulement les Ituriens privilégient ce qui les unis au détriment de ce qui les divisent.

Sébastien Mulamba.