Social

Kisangani : « 18 Journalistes viennent de renforcer leur capacités sur les violences sexuelles faites sur le Genre »

Kisangani : « 18 Journalistes viennent de renforcer leur capacités sur les violences sexuelles faites sur le Genre »

C’est du 11 au 14 septembre en la grande salle du centre d’accueil de l’hôteml Joli rêve que ces journalistes venus de différents médias de la ville de Kisangani ont suivit une formation sur les violences sexuelles. Celle ci été organisée par la Division Provinciale de la Santé de la Tshopo, appuyée par l’agence belge du développement, ENABEL.

Plusieurs matières ont été dispensées à ces professionnels des médias parmi lesquelles : les Généralités sur les violences sexuelles, les violences sexuelles sous forme juridique, l’éthique et la Déontologie journalistique ; l’interview et autres matières liées à leur profession. Toutes ses matières ont concourru à outiller suffisament les journalistes des notions essentielles sur les violences sexuelles pour renforcer leur capacités de sensibilisation en la matière, tout en observant les principes qui régissent leur profession, a souligné Chantal NANDINDO, Assistante Technique Nationale aux Problèmes liés aux violences sexuelles au sein de ENABEL.

L’Analyste chargé de communication et recherche en santé à la Division Provinciale de la Santé Tshopo, Docteur Brigitte AKAMBA, a expliqué que cette formation vise à donner un coup de pouce à la sensibilisation sur les violences basées sur le genre en vue de diminuer le taux des victimes des violences sexuelles.

Des travaux d’assimilations sur la production des émissions de sensibilisation sur les violences sexuelles basées sur les genres ont clôturé cette formation.

Dans son mot de la clôture, le chef de projet de ENABEL, Monsieur Edouar KOUASSI, a souligné que ses assises avaient pour objectif d’outiller les journalistes participants de certaines notions liées aux violences sexuelles afin qu’ils soient capables de produire des émissions de lutte contre les violences sexuelles. Une formation qui, selon lui, a permis aux professionnels des médias de s’imprégner des plusieurs notions liées aux violences sexuelles, sa lutte et ainsi que l’arsenal juridique. Il s’est dit ému ému au regard des résultats de la formation vu les travaux fournis par les participant. Sa structure verra prochainement avec la Division Provinciales de la Santé Tshopo et les autres partenaires, les médias à l’occurrence, comment réorganiser ces genres de formation à l’intention toujours des journalistes , a -t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.