Actualités Social Environnement

Kisangani : Cimetière profané de la Cité paradizo, « …On ne défi pas l’Etat… » Djo-Zacharie LOWATILAKOSE

Kisangani : Cimetière profané de la Cité paradizo, « …On ne défi pas l’Etat… » Djo-Zacharie LOWATILAKOSE

Onze mois après interdiction, les constructions anarchiques reprennent d’un coup à la cité paradizo sur le site du cimetière situé au point kilométrique 5 dans le bloc plateau boyoma. 

Les constructions des bâtisses sur le site du cimetière profané, ont repris à la grande surprise des autorités qui ont interdit les constructions sur ce site jusqu’à nouvel ordre il y a de cela onze mois. C’est le constat fait par le chef de la division de l’urbanisme et habitat, au cours d’une descente sur terrain ce 12 août 2020.

Djo-Zacharie LOWATILAKOSE, accompagné du commandant sous-CIAT paradizo et de certains agents de son service a, aussitôt arrivé sur terrain, interdit aux constructeurs de continuer et a mis à la disposition de la police certains matériels de travail ravis à ceux qui travaillaient sur ce site.

Il a par ailleurs appelé la police à veiller sur quiconque qui tenterait de construire de nouveau.

« …Après sa descente sur terrain, le gouverneur de province Louis-Marie WALE, constatant que le cimetière était profané, il a interdit toute construction sur ce site, malheureusement, aujourd’hui nous sommes surpris de trouver les gens en train de construire sur ce site et c’estce qui ne nous enchante pas… On ne défi pas l’Etat, c’était une décision de l’autorité provinciale et tout le monde doit obtempérer, personne n’a le droit de profaner les tombes, c’est un lieu sacré… »

Le chef de division de l’urbanisme et habitat souligne qu’il ne peut jamais livrer un permis de bâtir pour un site à problème et par la même occasion, il appelle les autorités compétentes d’être regardant car, à l’en croire, les auteurs de ces actes sont connus.

Rappelons que la tentative de construction du marché dans le site du cimetière a été interdite par le gouverneur de province, au courant d’une descente, il y a pratiquement neuf mois.

Retenez par ailleurs qu’il était  ressorti, de cette descente, la création d’une commission mixte d’enquête pour repartir les responsabilités. Cette commission était présidée par le maire de la ville et  étaiet constituée des services de renseignement, la justice, les EDT.

Trésor BOTAMBA