Actualités Economie Santé

Kisangani-COVID-19 : entre le patriotisme et les affaires, les commerçants font leur choix.

Kisangani-COVID-19 : entre le patriotisme et les affaires, les commerçants font leur choix.

Déclaré depuis le début du mois de mars en République Démocratique du Congo, cette pandémie de Coronavirus n’a pas laissé indifférentes les autorités du pays.

Comme partout ailleurs à travers le monde, les autorités prennent des mesures à l’endroit de leurs populations respectives pour se prévenir de la propagation de ce virus qui préoccupe au plus haut point les Nations.

En RDC, c’est dans la nuit du 18 mars que le président de la république a pris des mesures, parmi lesquelles, l’interdiction de rassemblement de plus de vingt personnes en dans les lieux publics en dehors de la famille, fermeture des écoles, universités, night-club,…

Conscient de l’influence de ces mesures sur le plan socioéconomique de la population, le gouvernement congolais a, à travers son ministère de l’économie national dans son communiqué officiel N°004/CAB/MIN/ECONAT/ABM/2020 du 20 mars, appelé  tous les opérateurs économiques de faire preuve d’humanisme, du patriotisme et de solidarité en évitant d’augmenter les prix des produits alimentaires et sanitaires en cette période de crise liée à la pandémie de Coronavirus et ceux qui iront à l’encontre des dispositions légales en matière de fixation des prix, seront sévèrement sanctionné conformément à la loi.

Voici ce que offrent les opérateurs économiques de Kisangani sans gène.

À juste cinq jours de l’adresse du président prenant des mesures préventives et à trois jours seulement de l’appel du ministre national de l’économie, c’est une scène désolante que les opérateurs économiques et petits commerçants offrent aux boyomais.
Une bouteille de 100 ml de désinfectant petit modèle qui se vendait à 1500Fc, se négocie ce jour à 2500,3000 et 4000 Fc selon le coin; le grand modèle est passé de 3500Fc à 6000Fc; une petite bouteille d’alcool dénaturé est passé de 700 à 1000Fc; les autres désinfectants sont passé de 1000 à 1500Fc; 1 sac de farine de froment est passé de 38 800 à 39 800 Fc; un sachet de 5 kg de sucre est passé de 12 500 à 14 500Fc; 1 kg de sucre passe de 1 500 à 2 500 et 3000 Fc pour la plupart ; 1 gobelet de farine de maïs qui se vendait à 250, se négocie entte 300 et 400 Fc, 2 gobelets de farine de maniov se vendaient à 250, mais se négocie actuellement  à 150 Fc par gobelet,  et 1 sac normal de braise qui se vendait à 16.000 et 17.000 se vend à 20 000 fc non négociable, pour ne citer que ces produits.

Selon certains travailleurs (vendeurs) de gros magasins, certains produits sont retirés du marché par leurs « boss », jusqu’à produire leur rareté sur le marché pour faire des bénéfices, les masques cache-nez à l’occurrence .

Trésor BOTAMBA