Actualités Economie Social

Kisangani : le gérant du marché central serait-il sacrifié ?

Kisangani : le gérant du marché central serait-il sacrifié ?

Probable suspension du gérant du marché central par le maire de la ville de Kisangani. Une situation qui découle de la cession à titre provisoire de quelques étendues au sein de ce  centre de négoce.

Depuis un certain temps, ce centre de négoce fait parler de lui. A la base, la cession à titre précaire de quelques étendues aux commerçants pour la valorisation de cet espace. Une situation qui a fait couler encre et salives dans le chef de la population et des salons politiques tant à Kisangani qu’à Kinshasa.

Selon des informations parvenues à la rédaction de rfmtv.net, après la sortie médiatique du maire de la ville à ce sujet, des enquêtes ont été initiées par les autorités compétentes afin de ressortir toute la lumière sur une probable vente de ces étendues.

Des sources proches de l’administration du marché central affirme l’interpellation la semaine dernière par les services de sécurité du gérant de ce marché.

Le gérant a été interpellé par les services de sécurités pendant quelques jours sur le dossier que vous connaissez bien”, lâche un commerçant qui a requit l’anonymat.

Après son relâchement par ses services, WAWINA SOLOMO a vu son sort scellé. Ce dernier écope d’une suspension sans notification jusque là. Information confirmée dans tous les couloirs du marché central de Kisangani.

Certains commerçants abordés par notre rédaction, allèguent que sa suspension est consécutive au dossier des espaces cédés à titre provisoire aux commerçants. Et que depuis qu’il a retrouvé sa liberté, le gérant du marché n’a été aperçu dans son lieu de travail.


A en croire d’autres sources, une remise et reprise improvisée aurait eu lieu avec son adjoint. Il aurait communiqué un chiffre moins que la réalité sur terrain. Toujours selon certaines indiscrétions, le gérant est accusé de communiquer un chiffre inférieur des espaces cédés à titre précaire et qui ne reflète pas la réalité sur terrain. Le gérant parlerait de plus de soixante espaces cédés alors qu’en réalité, plus de 100 espaces ont été octroyés aux commerçants.

Contacté par téléphone, le maire de la ville rejette ses allégations. Il affirme que le gérant du marché central n’a pas été suspendu.

le gérant a été nommé par une lettre, un arrêté. Il doit être suspendu par un arrêté”, estime le maire de la ville.

Au cours du point de presse organisé le 24 avril dernier, Jean-Louis ALASO n’avait pas communiqué sur le nombre d’espaces cédés à titre précaire aux commerçants. Un espace de trois mètres carrés est vendu à 625 dollars américains dont 500 payables à la CADECO et 125 auprès du gérant du marché central.
Il est à noter que malgré l’évolution des travaux de construction par les commerçants en cet endroit, aucun contrat ne lie les deux parties jusqu’à présent.

Jean Claude Fundi.