Social Actualités

KISANGANI : « Les Boyomais ont suivi en direct la projection de la remise du prix-Nobel de la paix au Docteur Dénis MUKWEGE depuis OSLO »

KISANGANI : « Les Boyomais ont suivi en direct la projection de la remise du prix-Nobel de la paix au Docteur Dénis MUKWEGE depuis OSLO »

Remise ce lundi 10 décembre du Prix Nobel de la Paix au docteur Denis MUKWEGE. Cet événement s’est déroulé à Oslo en Norvège. A Kisangani, la diffusion en direct de la remise de ce prix a eu lieu en la salle de Gradi-Jeunes situé dans la commune Makiso. Le moment est symbolique. A Oslo, les deux lauréats sont venus recevoir leur prestigieuse récompense. Nadia Murad et Denis MUKWEGE, tous deux honorés pour leurs efforts en vue de mettre fin à l’emploi des violences sexuelles en tant qu’arme de guerre.

Denis MUKWEGE,  en recevant son prix, a estimé que la seule guerre qui vaille  la peine d’être menée est celle contre la violence. « …obligé de quitter Lemera, en 1999, nous avons créée l’Hôpital de PANZI à Bukavu, où je travaille aujourd’hui comme gynécologue obstétricien et la première patiente    admise était une victime des violences sexuelles. …..Cette violence qui s’était jamais arrêté et j’ai réalisé qu’il ne serait pas possible de trouver solution à ce problème dans le bloc opératoire mais il fallait se battre contre la cause profonde de ces atrocités  » , a-t-il affirmé

Quant à la guerre contre l’impunité et l’insécurité , Dénis MUKWEGE a dressé  un Etat de lieu.

«…Avec d’autres défenseurs des Droits Humains, nous avons saisi un tribunal militaire, finalement, ces viols ont étaient poursuivis et jugés comme crime contre l’humanité, les viols des enfants à KAVUMU  ont cessés, les appels à PANZI aussi…mais ce qui s’est passé à KAVUMU et qui continue dans  des  nombreux autres villages au Congo, tel que les viols et les massacres à  BENI et au Kasaï a été rendu possible par l’absence d’un Etat de droit, l’effondrement de nos valeurs traditionnelles et le règne de l’impunité en particulier pour les personnes au pouvoir… »,clame-t-il.

Certaines personnes, qui ont assisté à cette projection en direct de la remise du prix Nobel au docteur Denis MUKWEGE, n’ont pas caché leur sentiment.

« …Que les congolais s’approprient  l’ensemble du discours du prix Nobel et le vœu que le Congo puisse renaître de ses cendres et on a compris qu’on a véritablement des compétences dans ce pays, on n’a pas besoin de chercher trop loin…c’est une fierté qu’un des nôtre puisse recevoir ce prestigieux prix. Malheureusement il est méconnu de la société congolaise alors qu’il abat un travail du titan… »

Le prix Nobel de la paix récompense la personnalité ou la communauté ayant le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou à la réduction des armées permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix, selon les volontés, définies par le testament, d’Alfred Nobel. Cela comprend la lutte pour la paix, les droits de l’homme, l’aide humanitaire et la liberté. Le prix de l’année peut être partagé entre deux, voire trois personnalités ou institutions ayant rendu de grands services à l’humanité par la voie diplomatique. Il a été attribué pour la première fois en 1901.

Aujourd’hui prix Nobel de la paix, Denis MUKWEGE soigne les victimes de violences sexuelles depuis 20 ans. Ce médecin de 63 ans, a soigné des milliers de victimes de violences sexuelles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.