Actualités

Kisangani : les enseignants de l’institut technique industrielle Chololo dénoncent la perception illégale des sommes d’argent

Kisangani : les enseignants de l’institut technique industrielle Chololo dénoncent la perception illégale des sommes d’argent

Dans une lettre du 12 décembre 2020 adressée au ministre provincial de l’EPST province de la Tshopo et dont une copie est parvenue à la rédaction de la rfmtv.net, les enseignants de l’institut industriel Chololo, (une école conventionnée catholique sous la gestion des frères maristes) dénoncent la perception illégale des sommes allant de 67 à 77 dollars américains auprès des parents d’élèves.
Ces sommes perçues par la direction de cette école sont respectivement pour les classes de 7ème et 8ème années de l’enseignement de base ainsi que des humanités techniques professionnelles.

Dans leur missive, les enseignants de l’institut technique industrielle Chololo démontrent la violation manifeste de leur école de l’arrêté du gouverneur de province du 20 octobre 2020 portant fixation des taux des frais scolaires pour l’année scolaire 2020-2021.

A en croire ces enseignants, la perception illégale de ces sommes d’argent est faite de bouche à l’oreille sans un communiqué officiel aux parents mais en complicité avec le comité des parents fin mandat et ceci en violation de l’article 4 de l’arrêté du gouverneur. Cet article stipule que tout autre frais d’intervention ponctuelle des parents, doit être discuté et autorisé par l’assemblée générale des parents d’élèves et obtenir l’approbation de l’autorité politico-administrative locale.

Poursuivant leur dénonciation, les enseignants de l’ITI Chololo indique qu’au lieu de percevoir seulement 22 000 FC pour les classes de 7ème et 8ème de l’enseignement de base et 32 000 FC pour les classes de 1ère, 2ème, 3ème et 4ème des humanités techniques professionnelles tels que édictés par l’arrêté provincial, l’école s’est permis de percevoir 22 000 FC + 67 USD et 32 000 FC + 77 USD respectivement pour les classes de l’enseignement de base ainsi que celles des humanités techniques professionnelles.
Et de poursuivre que cette perception illégale a déjà causé un sérieux problème au sein de leur établissement scolaire entre les enseignants, d’une part et la direction scolaire ainsi que le comité des parents, d’autre part.

Enfin, les enseignants de l’institut technique industrielle Chololo sollicitent l’implication personnelle du ministre provincial de l’EPST en tant qu’autorité de tutelle pour mettre fin à cette perception illégale des frais et que les sommes déjà perçues au-delà de celles qui ont été fixées par l’arrêté du gouverneur de province, soient restituées aux parents d’élèves.

Il convient de noter qu’à Kisangani, nombreux sont les écoles conventionnées catholiques qui demandent des frais ponctuels aux parents d’élèves sans aucun respect de l’arrêté du gouverneur de province. Les sommes perçues varient entre 65 à 120 dollars américains.

Jusque là, les autorités scolaires de cette institutions d’enseignement secondaire se refusent de tout commentaire.

Jean Claude Fundi