Actualités Social

Kisangani : l’Université de Kisangani en grève. Ainsi en a décidé la Tripartite APUKIS-ASUKIS-PATO.

Kisangani : l’Université de Kisangani en grève. Ainsi en a décidé la Tripartite APUKIS-ASUKIS-PATO.

La tripartite APUKIS-ASUKIS-PATO vient de déclencher une grève illimitée à partir de ce lundi 18 février 2019 jusqu’à ce que ses revendications trouvent gain de cause.  Ils l’ont décidé au cours d’une rencontre qui a réuni les composantes de ces trois structures. La lecture du communiqué de déclenchement de grève a été lue devant la presse au stadium hellénique par le président de l’ASUKIS, le Chef des travaux King LOMBEYA.

La Tripartite estime que les mesures prises au cours de la rencontre du 7 février dernier n’ont pas été respectées. Pour la tripartite, le déguerpissement des étudiants du complexe Elungu n’est pas encore réalisé, le Complexe Elungu n’est pas encore réaffecté à une autre fin, les biens brûlés et détruits ne sont pas encore rachetés à ce jour, les étudiants responsable de cette forfaiture ne sont ni identifiés ni sanctionnés, la sécurité des membres des corps académique, scientifique et administratif ainsi que leurs familles semble ne pas constituer une préoccupation aux yeux des interlocuteurs de la Tripartite et le moratoire de huit jours est largement dépassé depuis le vendredi 15 février dernier. Par ailleurs, la tripartite estime que l’attitude de quelques dizaines d’étudiants du Complexe Elungu perturbe la formation de plus de dix milles étudiants de l’Université de Kisangani.

Après les incidents malheureux du 7 février au cours desquels les étudiants avaient brûlés trois véhicules  et sept motos appartenant aux enseignants et corps administratifs l’université de Kisangani, la tripartite s’était réuni et avait arrêté les mesures ci – après : le déguerpissement des étudiants du Complexe Elungu, la réaffectation dudit site à une autre fin, le rachat des biens brûlés par les étudiants au bénéfice des victimes et des sanctions exemplaires et sans complaisance à l’endroit des étudiants responsables de ces actes ignominieux. Au cours de cette même rencontre, la tripartite avant donné un préavis de huit jours à l’issue duquel elle s’était réservée le droit de lancer le mot d’ordre de grève illimitée jusqu’à la satisfaction de ses revendications.

Le 11 février denier, les étudiants de l’Université de Kisangani, à travers leur coordination, ont émis le vœu de rencontrer la tripartite pour des négociations en vue de trouver un compromis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.