Actualités Economie

Kisangani : “Plusieurs paramètres ne favorisent pas l’application de l’arrêté du ministre national de l’économie portant réduction à la baisse des prix des produits pétroliers”. (Importateurs pétroliers)

Kisangani : “Plusieurs paramètres ne favorisent pas l’application de l’arrêté du ministre national de l’économie portant réduction à la baisse des prix des produits pétroliers”. (Importateurs pétroliers)

Les importateurs des produits pétroliers en provenance de l’Est éprouvent des difficultés pour s’approvisionner mais aussi de se conformer à l’arrêté du ministre de l’économie nationale portant réduction à la baisse des prix des produits pétroliers.

Ils l’ont fait savoir ce mardi 9 juin au sortir de la rencontre avec le gouverneur de province suite à la pénurie et hausse des prix de leurs produits constatés ce jour à Kisangani.

Pour Type Tambwe, président des importateurs des produits pétroliers de l’Est, ces opérateurs économiques sont en difficulté de ravitailler comme d’habitude la ville de Kisangani.

Nous tenons à informer l’opinion provinciale qu’il y a une flambée des prix au niveau du Kenya où nous nous approvisionnons. A l’époque nous achetions un mètre cube à 250 dollars américains, mais aujourd’hui le mètre cube est passé à 400 dollars américains. Suite au mauvais état de la route, le transport est passé de 7 000 à 9 000 dollars américains par camion. La rébellion de CODECO constitue aussi un handicap. Nous devons attendre l’escorte militaire pour passer ; nous ne pouvons pas passer Mahagi pour Kisangani sans escorte militaire”, allègue cet opérateur économique.

Il souligne que ces éléments ne permettent pas aux opérateurs économiques importateurs des produits pétroliers de desservir la ville de Kisangani en se conformant à l’arrêté du ministre de l’économie nationale.

Cette problématique des prix fixés par le ministère de l’économie nationale à 1 400 FC le litre d’essence, qui ne reflète aucunement la réalité “, a-t-il lâché.

A l’en croire, ce sont les sociétés commerciales comme EGEN, COBIL, PETROCAM et TOTAL qui devaient vendre le litre d’essence à 1 400 francs congolais. Et comme ce prix n’est pas réaliste poursuit-il, ces sociétés ne sont pas à même de vendre à ce prix.

Toutefois, annonce le président des importateurs des produits pétroliers, une autre rencontre est prévue mercredi 10 juin au gouvernorat de province avec les services spécialisés dans le but de convenir sur un prix conventionnel.

Les produits pétroliers ont pris de l’ascenseur l’avant-midi de ce mardi 9 juin à Kisangani. Plusieurs stations-services n’ont pas fonctionné. Les quelques revendeurs des produits pétroliers se sont frottés les mains en vendant un litre entre 3 000 à 3 500 francs congolais.

Jean Claude Fundi