Actualités Economie Société

Kisangani : Pourquoi la rareté des produits pétroliers ?

Kisangani : Pourquoi la rareté des produits pétroliers ?

Le président de la Fédération des Entreprises du Congo groupe de la Tshopo et du Bas-Uelé, Type Tambwe Lukongo a, dans une conférence de presse animée dans son bureau privé de Glodi VIP ce mardi, 11/05/2022, donné les raisons claires qui font à ce que la ville de Kisangani et les provinces voisines de la Tshopo se heurtent à cette crise quasi totale des produits pétroliers, l’essence exceptionnellement.

La ville de Kisangani s’approvisionne à travers deux points principaux à savoir : la zone Ouest ( Kinshasa ) et la zonne Est ( El doret ) au Kenya, précise le patron des patrons de cette chambre de commerce pour la Tshopo et le Bas-Uelé.

S’agissant de la zone Ouest, Type Tambwe renseigne que le Bateau qui est venu de Kinshasa n’a pas transporter l’essence, seulement le gasoil alors que pour la Zone Est, c’est l’insécurité généralisée sur la route nationale numéro 4 qui fait à ce que les produits pétroliers en province du Kenya n’arrivent plus à Kisangani.

Des camions citernes des importateurs de ces produits poumon de la vie socio-économique avec leurs chauffeurs en majorité Kényans sont interdits par leur ambassade de fréquenter la RN 4.

Car, dernièrement, les véhicules citernes ont été brûlés, les chauffeurs brûlés vifs et d’autres atrocement abattus. D’ailleurs il y’a 48 heures, Pétro Maisha était victime de l’incendie de son camion qui transportait de l’essence pour ravitailler Kisangani en produits pétroliers, regrette le président de la FEC.

La guerre Russo-ukrainienne a aussi des répercussions troublantes sur le plan économique qui frappe le monde de plein fouet et l’Afrique en général, la RDC en particulier ne sont pas épargnées, s’inquiète Type Tambwe.

Il appelle la population au calme et ne sait pas spéculer sur le prix fixe des revendeurs de ces produits communément appelés Kadafi, ceux-ci étant géré par une autre structure non contrôlée par la FEC.
Type Tambwe reconnait cependant le prix officiel tel que décidé par la structure de prix patronnée par le ministère de l’économie nationale.

Une chose et sûre et certaine, la ville de Kisangani connait en ce moment une rupture totale du stock des produits pétroliers, l’essence en premier.

Que les autorités compétentes se penchent sur cette problématique de l’insécurité qui secoue la partie Est de notre pays.

Sébastien Mulamba Mayombo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.