Actualités

Kisangani : Professeur Henri-Paul Iyele invite les professionnels des médias à la responsabilité sociale.

Kisangani : Professeur Henri-Paul Iyele invite les professionnels des médias à la responsabilité sociale.

Professeur Henri-Paul Iyele, enseignant à l’université de Kisangani à la faculté des Lettres et des Sciences Humaines, département des Sciences de l’information et de la Communication, qui invite les journalistes de se saisir de leur responsabilité sociale, estime que ces derniers doivent faire preuve de leurs professionnalisme et de leurs compétences idéelles techniques.

Pour lui, la profession du journalisme est plus noble que tout autre métier que d’aucun croit être plus élégants. Et d’ajouter que si le journaliste ne transforme pas la société par sa nourriture quotidienne que tout être humain consomme, à savoir les informations, si le journaliste ne change pas le conscient et la conscience de ceux qui le lisent et suivent, ce dernier a failli à sa mission d’informateur.

« Si nous ne prenons pas notre engagement de toujours changer le monde qui nous entoure par notre respirateur, qui est l’information, si nous n’alterons pas les comportements et attitudes de ceux qui gèrent mal la cité remplie de citoyens qui ne couvrent pas leurs libertés fondamentales, leurs devoirs et droits, avec notre unique pouvoir qui est l’information, nous ne sommes pas ce que nous sommes, et par ricochet, notre responsabilité devient notre irresponsabilité », interpelle le Professeur Henri-Paul Iyele aux journalistes.

Toutefois, cet enseignant de l’université de Kisangani invite les professionnels des médias à ne pas alimenter la fibre de l’indécence avec des informations infectieuses, subjectives, transhumantielles, non vérifiées, empoisonnées par la haine, l’outrage, le non-respect des règles sacro-saintes de la profession d’information.

 » La première règle sacro-sainte est de « De toujours dire la vérité de faits socialement significatifs». Cette règle est énoncée et fondée sur le principe que la «vérité est éternelle» et est entourée de plusieurs modalités« , a-t-il souligné.

A l’en croire, la responsabilité sociale du journaliste est aussi liée à la téléologie et à la téléonomie de l’information qu’il diffuse. Raison pour laquelle, tout journaliste doit, devant sa conscience professionnelle et son éducation, dire sans nuire, montrer sans choquer, informer sans decourager, dénoncer sans condamner, a conclu le Professeur Henri-Paul Iyele.

Jean Claude Fundi