Actualités Social Enseignement

Kisangani : quelques élèves finalistes interpellés pour trouble à l’ordre public après l’examen d’Etat.

Kisangani : quelques élèves finalistes interpellés pour trouble à l’ordre public après l’examen d’Etat.

Les épreuves de l’examen d’état édition 2020 se sont déroulées dans la quiétude sur l’ensemble de la province  de la Tshopo en général et dans la ville de Kisangani en particulier. Cependant, certaines brebis galeuses ne manquent jamais, dit-on.

En effet, au cours de la cérémonie de lancement des épreuves de l’examen d’état édition 2020, le vice-gouverneur de la province de la Tshopo et gouverneur par intérim, a mis en garde les fauteurs de troubles surtout au dernier jour de ces épreuves. L’autorité provinciale avait prévenu les récalcitrants de subir la rigueur des services de l’ordre.
Cet appel à l’ordre de l’autorité provinciale n’a pas retenu l’attention de certains étudiants et finalistes afin d’éviter tout dérapage. Fort malheureusement, certains élèves finalistes se sont livrés à des actes de vandalisme en exigeant à leurs collègues certains actes peu responsable tels que déchirer les uniformes. Une situation qui a créé des troubles devant l’institut de Kisangani (commune Makiso), un grand centre de passation de ses épreuves.

Informés, les éléments de la police qui sont descendu sur le lieu pour rétablir de l’ordre, ont essuyé des projectiles. La police a utilisé des gaz lacrymogènes pour disperser ces quelques élèves et a mis la main sur quelques instigateurs.

Non loin de là, ce sont les étudiants qui se sont mis à  attaquer les élèves finalistes qui sortaient de leur centre de passation de l’examen d’état. Selon les informations parvenues à la rédaction de rfmtv.net, un élève finaliste a été grièvement blessé à la tête et admis aux soins de santé à la clinique orchidée de Kisangani (COKIS).

Signalons qu’une sale habitude a élu domicile à Kisangani où à la fin des épreuves de l’examen d’état, des finalistes s’adonnent à des actes peu commodes notamment des troubles à l’ordre public mais aussi à la réjouissance excessive dans des débits de boisson. A cela s’ajoute la bleusaille forcée exécuté par certains étudiants.

Jean-Claude Fundi