Actualités Social

Kisangani-Securité : Violence urbaine, la PNC traque les membres de l’écurie Zaïre dans le quartier Makolongulu

Kisangani-Securité : Violence urbaine, la PNC traque les membres de l’écurie Zaïre dans le quartier Makolongulu

Il s’agit du quartier Makongulu, situé dans la commune Makiso, à cheval entre les camps PM et QG, respectivement camps policier et militaire, non loin d’un petit marché qui porte le même nom.

Selon les témoignages, tout a commencé le vendredi 01 avril 2020, quand l’écurie Topaz des jeunes du quartier périphérique du camps PM (Kboida) et qui va jusqu’à la deuxième avenue Kabondo aurait envoyé une lettre demandant un affrontement direct contre leurs rivaux de l’écurie Zaïre, propre aux jeunes du quartier Makolongulu qui auraient grièvement blessé l’un des leurs. Pour cette première journée, il s’est observé une tension anormale  qui a poussé les marchand nocturnes de ce petit marché à sécher leurs activités vers 19h.

Selon des sources concordantes, ces jeunes de l’écurie Zaïre ont installé le 02 avril, des positions aux alentours du petit marché, en attente de l’écurie adverse.

Mis au courant, les éléments de la police nationale, ont procédé à leur traque dans la nuit du 03 avril pour les mettre hors d’état de nuire. Cette opération  a nécessité quelques tirs de sommation pour les disperser. Ces jeunes armés d’armes blanches ( Couteau, chaînes des moto, manchettes, ciseaux, et autres) et qui ne cessent de semer terreur et désolation, ont apporté tous ce qu’ils ont pu trouver à leur passage. Chaises, liqueurs fortes (zododo), et plusieurs autres biens d’autrui.

Interrogé sur le vrai pourquoi de leur vraie colère, certaines personnes nous ont renseigné que des fois ils agissent par solidarité pour la cause de l’un de leur provoqué par d’autres écuries ou pour chercher à gagner le leadership.

D’autres personnes nous ont rassuré que des fois ils créent  des troubles pour voler. Ils sont, selon les témoignages, à la base des plusieurs violences et inquiètent les habitants de cette partie de la ville.

Selon les informations en notre possession, le quartier Makolongulu compte plus de trois écuries.

À ce jour à Kisangani, plusieurs écuries des jeunes sont répertoriés à travers la ville. Dans la commune Makiso par exemple on peut facilement détecter les Mexicains vers hellénique, Topaz vers camps PM, Zaïre, Manga, Miami, Rasta dans le quartier Makolongulu. À Kabondo , la place vandome et Kosovo. Tshopo 11-15 et Checheni. Mangobo, États-Unis, Camps bayuda, et autres, dans la commune Kisangani, CICR et Fonds d’avance. Dans la commune Lubunga Toponage, Engester et Angbongbolia et dans la collectivité-secteur Lubuya Bera, Staff ZOO.

Parmi ce mouvements des jeunes, plusieurs s’adonnent à la violence urbaine, et d’autres par contre, se camouflent derrière des mutualités, mais qui finissent par afficher leur vrai face.

Trésor BOTAMBA