Actualités Social Justice

Kisangani : trois Ongs dénoncent le déguerpissement d’une centaine de personnes en ce temps de covid-19

Kisangani : trois Ongs dénoncent le déguerpissement d’une centaine de personnes en ce temps de covid-19

Il s’agit de la synergie des avocats pour le développement durable, l’observatoire congolais pour la gouvernance locale et Patrice Emery Lumumba pour les droits de l’homme et le développement durable.
Ces trois organisations non gouvernementales s’opposent au jugement rendu par le tribunal de grande instance de Kisangani rendu le 10 février 2020 et dont l’exécution a eu lieu le 8 avril de la même année.

Elles l’ont fait savoir au cours d’une conférence de presse animée lundi 20 avril. Ce jugement a occasionné le déguerpissement de plus de cent familles dans une concession au PK 6 sur l’ancienne route Buta, localité BATIAMBALE au quartier plateau boyoma dans la commune Makiso.

Pour Maitre Patient Biselenge, directeur exécutif de l’ONG synergie des avocats pour le développement durable, l’exécution de ce jugement viole les mesures prises par le chef de l’État dans la lutte contre le Covid-19. Cet avocat du barreau de Kisangani dénonce la manière dont le jugement a abouti au déguerpissement de centaines de ménages propriétaires de concessions et parcelle au Pk 6 dans la commune Makiso. Il souligne que ce jugement n’a pas suivi le processus normal.

cela veut dire que quand une partie en matière civile assigne une autre personne, il faut que le juge comme il s’agit d’une affaire qui concerne le foncier, puisse nécessairement effectuer une descente préalable sur le lieu querellé. Au besoin, s’il subsiste d’autres zones d’ombre par rapport à la descente effectuée, il faudrait se rendre à la conservation des titres immobiliers et du cadastre pour que la lumière soit faite au sujet de l’affaire en cours”, souligne Maître Patient Biselenge.

A l’en croire, dans ce jugement sous numéro RC 15005, il n’y a jamais eu descente sur terrain moins encore à la division du cadastre. Ces trois organisations non gouvernementales demandent aux autorités politico-administratives, d’avoir un regard attentif sur ce dossier et à la justice de rendre des décisions impartiales.
La synergie des avocats pour le développement durable, l’observatoire congolais pour la gouvernance locale et Patrice Emery Lumumba pour les droits de l’homme et le développement durable estiment qu’exécuter un tel jugement en cette période où les mesures restrictives sont exigées afin de lutter contre le Covid-19 n’est pas salutaire. Ces organisations s’appuient sur les règles à observer et se demandent comment ces personnes sans abri pourront les observer.

Jean Claude Fundi