Actualités Social

Lettre de Me Jean Claude KATENDE aux professeurs des universités de la RD Congo, les réactions abondent.

Lettre de Me Jean Claude KATENDE aux professeurs des universités de la RD Congo, les réactions abondent.

Les réactions fusent de partout à propos de la lettre que Me Jean Claude KATENDE a adressée aux professeurs des universités de la République Démocratique du Congo en date du 16 juillet 2019.

Le Professeur Billy BOLAKONGA, Professeur à l’Institut Facultaire Agronomique de Yangambi et Recteur de l’Université Mariste du Congo, trouve le message de Me Jean Claude KATENDE intéressant voire percutant à plusieurs égards. Il  partage d’ailleurs la plupart des constats et le combat contre les antivaleurs qu’il dénonce. Dans ses dires, il fait ressortir que l’Université Mariste du Congo, d’obédience catholique, qu’il dirige lutte contre celles-ci et a même, pour cela, payé un lourd tribut, en perdant deux véhicules et quelques motos dans un incendie punitif d’une horde des voyous téléguidés par des tortionnaires du régime passé.

Pour le Professeur Billy BOLAKONGA, la lettre de Me Jean Claude KATENDE  semblait neutre et objectif jusqu’au moment où il a  remarqué qu’il a été télécommandé pour encenser certaines personnes au détriment de certaines autres pourtant unanimement reconnues sur le plan national et international

« … simplement parce que ces dernières ont décidé de rester sur la ligne commune d’il y a peu, refusant toute compromission! Je n’ai rien contre ceux qui sont cités en exemple mais je ne suis nullement myope quant à l’alignement des « vaillants nominés » auxquels l’on ajoute, pour « bien faire », une personnalité dont la renommée est largement au-delà des contingences aussi bien banales que balbutiantes voire fanatiques ! Je ne suis toutefois pas étonné par ces genres d’agissement de la part d’un bureau d’étude organisé qui recrute tout autant des savants que des ONG, prétendument de défense des droits de l’homme, dont le but réel est plutôt de trouver des « rationalités » même à des inepties et autres incongruités ».

Pour clore, le professeur Billy BOLAKONGA, reste néanmoins convaincu que la raison finira par triompher. La vérité étant unique, il  continuera à travailler pour le triomphe de ses nobles convictions et pour son peuple ! Pour le reste, il pense que l’histoire fera le vrai tri.

Pour le professeur André MBATA, Professeur de recherche au Collège de droit de l’Université d’Afrique du Sud et  Professeur  ordinaire a la Faculté de Droit de l’Université de Kinshasa, Professeur visiteur a l’Université d’Addis-Abeba en Éthiopie, à voir le ton des réactions des « universitaires » congolais qui ignorent la Déclaration de Kampala, il comprend pourquoi aucune université de la RD Congo n’est retenue parmi les 180 premières  universités du continent. Selon lui, à part quelques  exceptions, le niveau est bas.

La réaction du professeur André MBATA s’adresse plutôt à certains professeurs qui auraient insinué qu’il a été cité dans la lettre de Me Jean Claude KATENDE parce qu’il est de la même province que lui.

« La plupart de nos docteurs et « profs » ne publient même pas et ce qui est produit en termes de recherche scientifique est d’un niveau qui laisse à désirer. La plupart des professeurs qui sont actuellement très présents sur les réseaux sociaux sont inconnus dans les bibliothèques de grandes universités et en dehors du pays.  Le problème aussi est qu’au Congo, un simple doctorat suffit pour être « prof » et des nombreux diplômes ont été octroyés par des universités étrangères avec conviction que les lauréats étaient bons pour les pays pauvres, mais pas ceux qui leur avaient accordé des doctorats ».

Avec toutes les qualités et fonctions que le Professeur André MBATA assume, il pense qu’il jouit déjà d’une grande réputation sur le continent et ailleurs et n’a pas besoin d’un posting sur les réseaux sociaux des Congolais pour ce faire. En outre, il estime que sa contribution à l’instauration d’un Etat de droit dans ce pays est connue. Le professeur voudrait, par sa réaction, dire qu’il n’a besoin de la lettre de l’Asadho pour être reconnu.

Une réaction qui suscite la curiosité du professeur Billy BOLAKONGA qui ne comprend cette agitation du  Professeur André MBATA. Selon lui, personne n’a nié son sublime grandeur, du reste, qu’il réclame à corps et à cri.

« Nous avons regretté et fustigé la malhonnêteté et la vision partielle et partiale de Me Jean Claude KATENDE. Cependant nous nous étonnons que les reproches faits à  ce dernier  semblent atteindre personnellement et blesser le professeur MBATA au point de le pousser à nous étaler, lui-même, son Curriculum Vitae à faire pâlir plus d’un ! Ce qui risque de confirmer et d’alimenter les soupçons qui pèsent sur lui »

Soupçons selon lesquels le professeur André MBATA aurait  commandé la lettre de Me Jean Claude KATENDE pour louer sa grandeur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.