Actualités

MEDIAS : Célébration de la Journée Nationale de la Presse, le Vice – Président de la l’Union Nationale de la Presse du Congo fustige les comportements des journalistes.

MEDIAS : Célébration de la Journée Nationale de la Presse, le Vice – Président de la l’Union Nationale de la Presse du Congo fustige les comportements des journalistes.

Après avoir présenté d’une manière laconique les conditions difficiles  dans lesquelles travaillent les journalistes de la province de la Tshopo, en général, et de la ville de Kisangani, en particulier, notamment l’absence des contrats de travail, le Vice – Président s’est adressé d’une manière directe et sincère aux journalistes en les condamnant  d’être peut – être à la base des situations qu’ils déplorent. De l’acquisition des cartes de presse au phénomène « coupage » en passant par le « moutons noirs », Ma Gloire BOLUNDA a mis à nue les fléaux qui gangrènent les médias dans la province de la Tshopo.

« Il y a  des difficultés internes, liées aux journalistes eux – mêmes. Si nous demandons à tous ceux qui sont dans la salle d’exhiber leurs cartes de presse, je crois que la salle va se vider. Parce qu’au niveau de l’UNPC, les journalistes ne sollicitent pas les cartes de presse. Donc nous mêmes journalistes nous ne nous considérons, les journalistes ne donnent pas de la valeur à ce qu’ils font comme travail. Depuis que le comité de l’UNPC a été installé il y a plus de quatre ans aujourd’hui, aucun journaliste n’a payé  pas la cotisation annuelle. C’est vrai qu’on peut pointer les autorités ou toutes les personnes que nous fréquentons, est ce que nous mêmes nous prenons notre travail avec tout le respect qu’il faut ? Dans la corporation, nous avons dénombres des moutons noirs, ces gens qui ne sont presque pas journaliste et qui essaient de faire le métier de journaliste. Il y a des gens qui viennent chercher l’information et qui n’ont pas de média pour la diffuser. Et ce sont ces gens là qui sont spécialiste en coupage. Nous vous demandons de ne pas faire pression sur les gens.  Si vous avec votre information, partez. Ne traînez pas dans l’espoir de recevoir quelque chose. A ce rythme là, les gens vont commencer à nous éviter. Peut être c’est pourquoi ne veulent pas nous recevoir parce que nous y allons en mendiant».

Cependant, Ma Gloire BOLUNDA n’a pas omis de faire un plaidoyer auprès du Vice Gouverneur de la province qui était présent dans la salle, pour que ce – dernier puisse se pencher sur la situation des journalistes dans la province de la Tshopo.

« Mais au moins comme les autorités sont là, nous demandons au Gouvernement actuel d’aider les journalistes à accéder à l’information. Nous demandons que les portes nous soient ouvertes parce que pour nous l’information c’est notre nourriture. Nous demandons au Gouvernement Provincial si pas instruire, de  demander aux ministères de nous ouvrir les portes et d’associer les autres organes de presse pour les activités du Gouvernement et même pour les sorties du Gouverneur de Province à l’intérieur de la Province. Aujourd’hui nous demandons au Gouvernement de nous aider à faire notre travail comme il se doit».

Lors de son speech, Ma Gloire BOLUNDA en a profité pour féliciter Monsieur Maurice ABIBU SAKAPELA, journaliste de son état, qui a été élu Vice – Gouverneur de la Province lors des dernières élections des gouverneurs et vice – gouverneur. Les fleurs ont été également jetées à Madame Beatrice MANGO ANGANYA, ministre des médias et communication, qui s’est investie pour l’organisation de cette journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.