RDC : Elections du 20 décembre entre assurance et doutes : les inquiétudes du Professeur Bily Bolakonga.

A quelques jours de la tenue des multi scrutins, des inquiétudes montent quant à l’organisation effective et ordonnée des élections. La mission d’observation de l’Union européenne vient de jeter l’éponge. Signe de discrédit ou de peur de se confronter à des réalités factuelles contre-intuitives ? Des arguments évoqués, il s’avère que quelques blocages lui ont été opposés. Le gouvernement, par le biais du Ministre de l’intérieur pointe du doigt des risques d’infiltration. Des tractations ont eu lieu pour trouver une issue heureuse mais cela semble n’avoir pas été possible alors que ladite mission devrait se déployer munie des téléphones satellitaires sur 17 des 26 provinces de la RDC. Cette information sonne comme une alerte, peu importe le bord politique auquel l’on appartient.

Si on considère les faibles garanties en matière de déploiement du matériel électoral sur terrain (problème de délai avec les contraintes physiques et techniques, les inondations dans certaines parties importantes la cuvette centrale congolaise [Tshopo, Tshuapa, Equateur, Mongala, Mai-Ndombe, …], l’incendie des Matériels dans le Mai-Ndombe, l’inaccessibilité de certaines parties du pays pour des raisons diverses [sécuritaires, dégradation très avancées des routes devenues impraticables ou exigeant le quintuple du temps nécessaire, les ruptures des ponts], …), la conclusion est que, soit des élections crédibles et inclusives n’auront pas lieu à la date prévue, soit que ça sera un cafouillage indescriptible.

Dans les deux hypothèses, il faut craindre des problèmes sécuritaires imprévisibles qui en découleraient inéluctablement.

 Le gouvernement et la CENI ont intérêt à être réalistes quant à l’organisation effective et ordonnée des élections à la date régulièrement relayée (avec une pointe d’arrogance de M. Kadima); et être ouverts aux vérifications et observations indépendantes pour rassurer sur la transparence, la traçabilité des scrutins et des résultats.

A notre humble avis, il ne devrait pas y avoir des fétichismes de date s’il faut prendre les dispositions nécessaires en vue d’organiser de bonnes élections, susceptibles de rassurer toutes les parties prenantes, en premier lieu le peuple, les acteurs politiques et les autres.

Néanmoins, il est clair qu’un report aura de multiples implications (techniques, économiques, financières politiques, etc.) Kadima le percevrait probablement comme un échec personnel et une gêne par rapport aux fléchettes inutiles lancées contre des personnalités très crédibles comme le Cardinal Fridolin Ambongo, mais c’est le prix à payer pour garantir la légitimé du processus, maintenir la cohésion nationale et la paix relativement fragile en RDC. De nombreuses recompositions y compris de la CENI et des autres instances de gouvernance deviendront alors inéluctables.

Quoi qu’il en soit, le verdict n’est plus loin… plus qu’une quinzaine des jours pour s’en trancher

Une décision courageuse devrait être prise le plus rapidement, à défaut, des signaux factuels rassurant s’imposent surtout que la campagne est en cours, avec son lot de surchauffe et des moyens impressionnants engagés par les candidats.

Pr Bily Bolakonga Ilye est Docteur en sciences agronomiques et ingénierie biologique, et spécialiste en gestion des risques naturels de l’Université de Liège.

Rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close

Catégories

error: Content is protected !!