Actualités Economie

RDC : la transparence contribue à améliorer le système de décision au sein du gouvernement (Prof Patrick Matata)

RDC : la transparence contribue à améliorer le système de décision au sein du gouvernement (Prof Patrick Matata)

 

Invité au forum sur la performance dans la gouvernance de la nation, Professeur Patrick Matata Makalamba, enseignant à l’université de Kisangani, a axé ce jour son exposé sur la mobilisation financière dans les provinces et les entités territoriales décentralisées.
Ces assises nationales de quatre jours lancées lundi 21 septembre à Kinshasa par le premier ministre, vont se clôturer jeudi 24 septembre 2020.

Professeur Patrick Matata a axé sa communication sur cinq points hormis les causes et solutions de la mobilisation financière avant de conclure.

Dans sa communication, cet enseignant de l’université de Kisangani a rappelé à l’assistance les finances publiques des provinces, leurs fondements juridiques tout en évoquant les articles de la constitution ainsi que la loi 08/012 du 31 juillet 2008 portant principes fondamentaux relatifs à la libre administration des provinces.

A l’en croire, quatre raisons théoriques soutiennent la bonne gouvernance. Il s’agit de :

existence d’une corrélation positive entre les systèmes de gouvernance efficace, la croissance économique et la lutte contre la pauvreté ;
– une bonne gouvernance offre non seulement des possibilités et des ressources supplémentaires pour les citoyens et les entreprises mais aussi des canaux par lesquels les gouvernements peuvent soutenir la prestation des services essentiels ;
– la recherche d’une gouvernance permet de créer un environnement de redevabilité ;
– la recherche d’une bonne gouvernance permet à l’état de bien gérer les ressources budgétaires.

Il a cependant relevé plusieurs problèmes liés à la mobilisation financière des provinces et ETD notamment la non visibilité de l’impôt, l’auto satisfaction des autorités ainsi que le faible revenu de la population.

Professeur Patrick Matata Makalamba propose comme solution stratégique, la mise en place d’un mécanisme d’intégrité et d’obligation de rendre compte en matière financière, le respect des règles et codes de la transparence budgétaire et fiscale.

Il souligne que dans une démocratie, les citoyens ont droit à l’information sur les affaires du gouvernement qu’ils ont élu.
Pour lui, la transparence contribue à améliorer le système de décision au sein du gouvernement car elle demeure une pré-condition pour une participation effective du parlement et des organisations de la société civile.

Jean-Claude Fundi