Actualités Social

RDC : menaces de mort contre Dismas Kitenge, la VSV demande une enquête indépendante

RDC : menaces de mort contre Dismas Kitenge, la VSV demande une enquête indépendante

La voix de sans voix exprime ses vives inquiétudes sur la sécurité et la vie de Monsieur Dismas Kitenge, président de l’ONG des droits de l’homme Groupe Lotus basé à Kisangani dans la province de la Tshopo. Cette organisation qui milite pour les droits de l’homme, demande aux autorités congolaises de diligenter une enquête indépendante pour faire la lumière sur la situation d’insécurité qui pèse sur ce défenseur des droits humains ainsi que sa famille. Celle-ci, en vue d’identifier les auteurs des menaces aux fins des poursuites judiciaires.

Dans son communiqué de presse du lundi 28 septembre 2020 dont une copie est parvenue à la rédaction de rfmtv.net, la voix de sans voix rappelle aux autorités congolaises leur mission de garantir la sécurité du défenseur des droits humains Dismas Kitenge, et ce, conformément à la déclaration de 1998 des Nations Unies portant protection des défenseurs des droits de l’homme. Toutefois, la voix de sans voix souligne qu’au cas où un mal arriverait au défenseur des droits de l’homme Dismas Kitenge, ensemble avec d’autres organisations des droits de l’homme, elles tiendront pour responsables les autorités congolaises en général et en particulier les autorités politico-administratives et militaires de la province de la Tshopo.

Selon les informations recueillies par la VSV comme note le communiqué, c’est depuis le 8 septembre 2020 que le défenseur des droits de l’homme Dismas Kitenge et sa famille font l’objet ded menaces et autres harcèlements à travers des appels anonymes et messages téléphoniques par lesquels une personne inconnue lui a promis de tout faire pour l’éliminer à cause de ses positions contre les autorités et personnalités publiques de la RDC.

Toujours selon la VSV, tout a commencé après la séance de travail que la société civile de la Tshopo a eu avec le ministre des droits humains le 07 septembre 2020. Chargé à cette occasion par la société civile de présenter l’état des lieux des droits de l’homme dans la province de la Tshopo, Dismas Kitenge a décrit la situation des droits de l’homme de la province tout en stigmatisant le retour de certaines autorités militaires de la province notamment le commandant de la 31ème région militaire à Kisangani, le général de brigade William Benjamin Balengela Kazadi. Ce communiqué indique que le retour de cet officier général qui est cité dans des dossiers sensibles est perçu comme un affront et un manque de considération à l’endroit des victimes des guerres de Kisangani.

Du moins, suite à ces menaces persistantes, le défenseur des droits humains Dismas Kitenge a porté plainte contre inconnu le 19 septembre 2020, au tribunal de Grande instance de Kisangani.

Jean Claude Fundi