Actualités Social

RDC : WAVE fait de la sauvegarde de la culture du manioc son cheval de bataille (grand angle)

RDC : WAVE fait de la sauvegarde de la culture du manioc son cheval de bataille (grand angle)

Le programme de recherche WAVE, West African Virus Epidemiology prône la sécurité alimentaire en RDC en particulier, et en Afrique en général.
Pour y arriver, il s’appuie sur la culture de manioc qui constitue un aliment de base pour des millions de personnes.

Cependant, la maladie de la mosaïque du manioc et la maladie de la structure brune du manioc entrainent des graves pertes de rendement, et mettent en péril les moyens de subsistance des petits exploitants agricoles de la RDC aboutissant ainsi à une perte économique.

WAVE va t-en guerre contre les maladies virales de manioc ?

Dans un point de presse tenu samedi 16 avril, Professeur Godefroy Monde directeur Pays de WAVE annonce le lancement dans la province de la Tshopo (l’une des provinces bénéficiaires du programme de recherche) d’une vaste campagne de sensibilisation des maladies virales de manioc sous le thème : ensemble sauvons notre manioc.

Pour lutter contre les virus des plantes à racines et tubercules annonce Professeur Godefroy Monde, le programme WAVE recherche des solutions intégrées dans les connaissances et l’expertise des experts.

Godefroid MONDE

C’est ainsi qu’annonce le directeur Pays de WAVE que ce programme de recherche travaille avec les agriculteurs et les agents de vulgarisation pour élargir la portée de son suivi des maladies en mettant en place un système de surveillance participative.

A cet effet, ces derniers sont formés pour reconnaître les symptômes des maladies des plantes à tubercules comme le manioc.

Quelles sont les missions de WAVE ?

Comme programme de recherche, WAVE qui œuvre dans plusieurs provinces de la RDC à l’instar de l’Afrique se focalise sur plusieurs activités notamment la surveillance épidémiologique, le renforcement des capacités, le diagnostic et la sensibilisation.

S’agissant de la surveillance épidémiologique, le directeur pays parle de la réalisation des enquêtes de terrain dans plusieurs provinces plus particulièrement celles de l’Est (Tshopo, Katanga, Nord et Sud-Kivu) pour cartographier la diversité des virus afin de voir comment la maladie évolue.


« Aujourd’hui nous avons des situations que nous avons présenté à qui de droit », se félicite Professeur Godefroy Monde.

Quant au renforcement des capacités, le directeur pays annonce la formation des groupes d’agriculteurs choisis à l’identification des symptômes des virus et aux bonnes pratiques agricoles.

« Le manioc aujourd’hui est considéré comme une épouse. Et lorsque son épouse est malade, on ne peut l’abandonner. Quand bien même que nous assistons directement, mais nous nous disons que nous devons former des gens qui doivent continuer même après le projet à la durabilité de l’action. Donc des personnes qui doivent continuer comme disons dans notre campagne sauvons le manioc », estime Professeur Godefroy Monde.

Depuis sa mise en œuvre en 2016, le programme a eu à former un docteur (docteur Honoré Muhindo, secrétaire administratif de l’IFA Yangambi), 3 étudiants du troisième cycle et 12 ingénieurs dont tous les frais d’étude sont financés par WAVE, précise le directeur pays.

La troisième action entreprise par WAVE demeure le diagnostic.
A ce sujet, son directeur Pays confirme qu’après collection des échantillons, ces derniers sont amenés au laboratoire de virologie de l’institut facultaire de Yangambi pour diagnostic.

La dernière arme utilisé par le programme de recherche WAVE demeure la sensibilisation. Ici, la première démarche était celle de passer à travers des structures, des associations féminines pour qu’elles comprennent les maladies virales de manioc.


«…nous leurs donnons l’information pour qu’ils comprennent finalement quand elles voient ces symptômes de maladies, quel est le comportement ou la conduite à tenir. Qu’est-ce qu’elles doivent faire pour produire correctement » renchérit le Professeur Godefroy Monde.

Le patron du programme WAVE en République démocratique du Congo note dans l’actif de son institution, la production et présentation au gouvernement de la République un plan national de riposte depuis aout 2021. Ce plan voudrait l’installation à l’instar des maladies des hommes, des centres d’opération d’urgence.

C’est dans ce cadre que le directeur Pays opte à ce jour la sensibilisation de masse sous le thème : ensemble sauvons notre manioc.
Il annonce à ce sujet le lancement mardi 19 avril 2022 de cette campagne dans la ville de Kisangani. Une activité qui débutera par une campagne motorisée sur cinq communes de la ville de Kisangani et enfin lancé officiellement par le gouverneur a.i de la province de la Tshopo.

Après Kisangani, les axes banalia, Ituri et Ubundu vont connaître la même sensibilisation.

Le programme de recherche WestAfrican Virus Epidemiology (WAVE) lancé en 2015 grâce au financement de Bill & Melinda Gates et DFID foundation et du Foreign, Commonwealth and Development Office du Royaume uni.
Il est installé dans 10 pays africains dont la République démocratique du Congo.

Il poursuit plusieurs objectifs dont empêcher l’apparition et la propagation de la maladie de la structure brune du manioc et la protection et l’assurance de la continuité de la culture du manioc dans les régions non affectées pendant l’intervention d’urgence.

Jean Claude Fundi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.