Social Politique Actualités

Report des audiences à la CIJ : Le groupe de pression exige des explications à Felix TSHISEKEDI

Report des audiences à la CIJ : Le groupe de pression exige des explications à Felix TSHISEKEDI

Réunis sous forme d’un groupe de pression, les mouvements citoyens de la ville de Kisangani et les organisations de la société civile partagent en commun le sentiment de regret suite au report des audiences publiques consacrées à la question des réparations dans l’affaire des activités armées sur le territoire congolais.
Ils ont lancés ce vendredi 22 novembre une grande mobilisation populaire en vue d’exprimer leurs indignations face au report des audiences à la cour internationale de justice sollicité par la RDC et l’Ouganda. C’était à travers une déclaration lue au cimetière des victimes de la guerre de 6 jours situé non loin de la morgue de l’hôpital général dans la commune Makiso.

Ces organisations estiment que la cour a fondé sa décision sur la demande conjointe formulé par les parties prenantes dans unes lettre lui adressée en date du 9 novembre 2019 et dont le contenu n’a nullement été révélé jusqu’à ce jour.

Indignés par ce énième report, alors que la RDC a déjà constaté l’échec des négociations en date du 13 Mai 2015, les citoyens vivants dans la ville de Kisangani, ont pris la décision de lever l’option de lancer une grande mobilisation en vue d’exprimer leur indignation et exiger des explications au président de la République Félix-Antoine TSHISEKEDI. Ils précisent que, le report des audiences est intervenu au lendemain de son séjour dans la capitale Ougandaise.

La guerre des six jours est une succession d’affrontements meurtriers entre l’armée ougandaise et Rwandaise à Kisangani du lundi 5 au 10 juin 2000 durant la deuxième guerre du Congo. Ces affrontements causèrent environ 1 000 morts et au moins 3 000 blessés dont la majorité dans la population civile. La ville de Kisangani avait aussi subi des affrontements entre les troupes rwandaises et ougandaises en aout 1999 et le 5 mai 2000. Mais les affrontements de juin 2 000 furent les plus meurtriers et ont sérieusement sinistré une grande partie de la ville de Kisangani avec plus de 6600 obus tirés.

Les audiences reportées sur demandes de deux parties devaient permettre de trancher la question des réparations des pillages menées par l’armée ougandaise lors de la deuxième guerre du Congo. La lettre des deux parties demandant ce report est datée du 9 novembre, date de l’arrivée de Félix Tshisekedi en Ouganda,

Paul BEYOKOBANA