Actualités Politique

Résolutions conférence des gouverneurs : Certains élus provinciaux de l’Ituri ignorent-ils superbement la nouvelle donne politique ?

Résolutions conférence des gouverneurs : Certains élus provinciaux de l’Ituri ignorent-ils superbement la nouvelle donne politique ?

Lundi, 04 janvier 2021, alors que la Rdcongo célébrait un triste anniversaire des martyrs de l’indépendance, un groupe de députés provinciaux de la province de l’Ituri s’enfermait dans un holding à Bunia pour mettre en musique un document qu’ils ont bâtisé; « … déclaration politique des députés provinciaux de l’Ituri, suite à la demande d’un moratoire pour les sanctions contre les membres des gouvernements provinciaux de la République Démocratique du Congo par le Vice-premier ministre et Ministre de L’Intérieur« 
À l’analyse de cette déclaration, il est constaté que ce groupe de députés provinciaux ont ignoré la limite de leur compétence et ont poussé le culot très loin jusqu’à engager tout le monde dans leur démarche sans mandat ni qualité.
Si le VPM INTERSEC n’a pas intérêt à protéger les exécutifs provinciaux, le Chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi quand à lui ne cesse de prôner la stabilité des institutions à tous les niveaux.
Si l’unique intérêt pour ce groupe de députés serait d’initier une autre motion contre le gouverneur de la province de l’Ituri particulièrement, puisque c’est la vraie motivation première qui semble les animer, il y a lieu de poser la question sur ce qu’ils avaient gagné avec leur motion du 20 novembre 2019 tel que renseignait dans l’un des points de leur document.
La province a plutôt connu un recul voulu par certains téméraires parmi eux, regrette un autre élu de la même province.
Nos collègues doivent savoir lire les signes du temps, il y a lieu qu’ils s’interrogent aussi sur la suite de la dernière question orale avec débat transformée en interpellation pour les payements de la Bralima.
Nous risquons de conclure qu’ils ne comprennent rien, ajoute cette source.Il est fort regrettable de constater qu’un groupe de députés provinciaux se transforment en porte-parole de toutes les assemblées provinciales, les députés nationaux et sénateurs alors que leur compétence selon les mêmes dispositions de la loi 08/012 du 31 juillet 2008 portant principes fondamentaux relatifs à la libre administration des provinces limitent leur compétence territoriale dans la seule province de l’Ituri.
De qui avaient-ils obtenu ce mandat de parler au nom et pour le compte de tout le monde ?
La question reste posée.
L’avenir nous réserve des surprises sens dessus sens dessous.
À eux de tirer les conséquences de leur agissement si par malheur, les activités parlementaires au sein de cette assemblée seraient suspendues à la suite de leur agissement.
Les mêmes causes produisant les mêmes conséquences, nos députés doivent savoir qu’il ne leur pas revenu le droit de demander la démission d’un ministre national, Vice-premier ministre et ministre de l’Intérieur de surcroît.

Une lutte, combat perdu d’avance !

Il est fort malheureux de constater que certains Ituriens ( politiques, société civile et même la jeunesse ) se distinguent souvent par des prises de positions extrêmes.

Cela ne rapporte, malheureusement pourtant rien ni en politique, ni au niveau national pour des postes de responsabilité quelconque tout en oubliant que la République Démocratique du Congo est actuellement dans une phase cruciale de négociations en cours pour un nouveau partage de responsabilités dans le cadre de la nouvelle dynamique voulue par le Chef de l’État qui cadre avec sa vision de l’Union Sacrée de Nation.

Le temps n’étant plus à des querelles politiciennes en interne, les perturbateurs de l’ordre public ainsi que la quiétude de la paisible population de l’Ituri sont tenus à l’œil.

Sébastien Mulamba