Actualités

Tshopo: Affaires foncières Kisangani – Nord, le jeu de ping-pong (dossier).

Tshopo: Affaires foncières Kisangani – Nord, le jeu de ping-pong (dossier).

La deuxième quinzaine de ce mois d’octobre est riche en événements dans le secteur foncier, circonscription de Kisangani – Nord.
Cette actualité est diversement appréciée et les commentaires vont dans tous les sens.
Si pour les uns, il s’agit tout simplement de l’acharnement du ministre provincial en charge de la fonction publique, travail et prévoyance sociale, transport et voies de communication contre le conservateur de la circonscription foncière de Kisangani – Nord, Bruno Likombe Wasombo, cependant, pour les autres, par contre, tout le monde a les yeux, les oreilles et les nez tournés vers les affaires foncières tout en oubliant qu’il existe des normes et lois qui régissent ce secteur aussi sensible de la vie d’une nation.

GENÈSE

Tout est parti du rapport circonstancié élaboré par la dynamique des jeunes de la société civile forces vives de la province de la Tshopo adressé au gouverneur de province, Louis-Marie Walle Lufungula autour du dossier du morcellement de la concession S.R 1472 et ses corollaires située au quartier plateau boyoma, du plan cadastral de la commune Makiso, le 07 octobre 2020.

Dans ce rapport circonstancié, la dynamique des jeunes de la société civile forces vives de la Tshopo renseigne avec tous les détails possibles sur le flou délibérément entretenu par un réseau  » mafieux  » qui œuvrerait au sein de la division de cadastre de la même circonscription foncière.

Un peu plus loin, ce rapport indique que le ministre provincial de travail et prévoyance sociale aurait bénéficié de pot de vin pour protéger les acteurs de ce « réseau mafieux » ( 3.000$ et Cinq parcelles ).

Réagissant à ce rapport, le Chef de Division de Cadastre, Kisangani-Nord, Jacques Mondenge Mungamba cité dans le rapport de la dynamique de jeunes de la société civile forces vives de la Tshopo comme étant un des maillons forts de ce « réseau mafieux » et qui protégerait le géomètre Asango Ramazani avec des visées spoliatrices de la concession SR 1472, soutenu par un jugement du Tribunal de Grande Instance de Kisangani, rejette en bloc les griefs contre lui et estime que chacun n’a fait que jouer son rôle face à cette question de peur de tomber sous le coup de l’abstention coupable.

REBONDISSEMENT

Le ministre provincial de travail et prévoyance sociale, Jean-Pierre Litema Yeni revient en charge dans sa réplique du 16 octobre 2020 sur le rapport circonstancié élaboré par la dynamique des jeunes de la société civile forces vives de la Tshopo et se dit surpris d’apprendre que son nom soit cité dans ce rapport et crie à une  » machination « .
Sans contours, le ministre provincial charge le conservateur des titres immobiliers Kisangani – Nord comme étant l’homme orchestre du rapport qu’il aurait « financé à hauteur de 500.000 FC  » . Pendant ce temps, le ministre affirme avoir traité ce dossier.
Contre toute attente, le ministre provincial de travail et prévoyance sociale déclare dans sa réplique à la lettre de la dynamique des jeunes de la Tshopo que son ministère est transversal lorsqu’il y a un dossier qui « menace » la vie d’un secteur.

En analysant toutes les correspondances et autres rapports liés à ce dossier qui fait couler encres et salives, un ancien conservateur de la circonscription de Kisangani avant la subdivision actuelle se dit ne pas comprendre l’ingérence du ministre du travail dans cette affaire alors que son collègue en charge des Affaires Foncières et Urbanisme est bel est bien en fonction.

 »Ces agissements relèvent tout simplement de l’abus du pouvoir », ajoute-t-il.


Et d’ajouter que le manque de courtoisie dans le style administratif tel qu’utilisé par le ministre ne s’explique nullement lorsque l’on s’adresse à son collaborateur, d’un autre domaine de surcroît.

Jean Claude Fundi