Le premier substitut et chef du parquet secondaire près le Tribunal de Paix de Kabondo, Alphonse Magonda, est suspendu pour trois mois. La décision lui a été notifiée ce jeudi 22 septembre 2022 par le Procureur Général près la Cour d’Appel de la Tshopo, François Bokota Basila.

Il est reproché au Magistrat Alphonse Magonda d’avoir pris une décision unilatérale sur la liberation des 12 parmi les 23 kuluna arrêtés par la police à l’issue d’une opération ardue de traque de ces délinquants effectuée par les éléments de la Police Nationale Congolaise, PNC Tshopo, pour démanteler ces groupes de gangs qui ravissent, volent et violent la paisible population à travers la ville de Kisangani.

Cette légèreté caractérisée n’a pas laissé indifférent le procureur général qui a effectué une visite surprise ce matin à la Prison Centrale de Kisangani dans les petites heures du matin ce jeudi, 22 septembre 2022, où il a dégagé un constat amer sur le comportement du magistrat Alphonse Magonda qui aurait monnayé la libération de ces délinquants parmi lesquels, un fameux « Mobutu  » du groupe Zaïre qui avait déjà passé plus de 20 jours au Département des renseignements de la police nationale congolaise, commissariat provincial de la Tshopo.

Contacté, le premier substitut Alphonse Magonda dit ne pas, lui, aussi comprendre comment « Mobutu » s’est retrouvé en dehors de la Prison mais, reconnaît tout de même avoir libéré les autres prévenus tard dans la nuit et laissé 11 autres sous mandat d’arrêt provisoire.

Le procureur général François Bokota regrette ce comportement qui frise une sorte d’incurie qui semble caractérisé certains magistrats dans la province de la Tshopo et cela, pense t il, doit prendre fin.

Un autre magistrat sera désigné sous peu en remplacement du magistrat Alphonse Magonda qui aurait « excellé » dans des mauvaises pratiques qui n’honorent pas les magistrats de carrière.

Entre temps, son dossier sera transmis en chambre disciplinaire pour une probable révocation si nécessaire.

Il faut noter que le Magistrat Alphonse Magonda avait pris cette décision de libérer ces « kuluna » sans avoir informé au préalable son chef hiérarchique ni par correspondance moins encore au téléphone.

En rappel, ces 23 kuluna étaient arrêtés le Lundi, 18 septembre puis présentés aux autorités urbaines auditionnés par les Opj du commandement ville avant leurs transférément à la Prison Centrale de Kisangani sur instruction du magistrat suspendu qui les a unilatéralement libérés le mardi, 20 septembre tard dans la nuit.

Sébastien Mulamba Mayombo

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.