Actualités

Tshopo: le CCPSC-Tshopo dénonce le non-respect des clauses sociales par les exploitants forestiers.

Tshopo: le CCPSC-Tshopo dénonce le non-respect des clauses sociales par les exploitants forestiers.

Dans une déclaration de ce samedi 31 octobre, le cadre de concertation provincial de la société civile de la Tshopo constate que les acteurs de l’exploitation forestière oeuvrent d’une manière générale en dehors des prescrits des lois, notamment en ne prenant en compte les avantages légaux reconnus aux populations riveraines ou locales.

Faisant sien les résultats de la mission conjointe de vérification des alertes effectuées dans les concessions forestières de la CFT et BEGO Congo (deux entreprises forestières oeuvrant dans le territoire d’ubundu au sud de la ville de Kisangani) par les ONG environnementaux GASHE et OCEAN, le cadre de concertation de la société civile de la Tshopo exige :

  • Aux concessionnaires CFT et BEGO Congo de :
    . Respecter les lois du pays en matière d’exploitation forestière ;
    . Mettre en oeuvre et finaliser les différentes actions convenues avec les communautés dans les clauses des cahiers des charges ;
    . Faciliter les missions conjointes de contrôle forestier ;
    . Que BEGO Congo répare les préjudices causés à l’ONG OCEAN pour faux et usages de faux en écriture.
  • A l’administration forestière de :
    . Diligenter une mission de contrôle forestier avec la participation de la société civile dans les concessions forestières de ces deux entreprises (CFT et BEGO Congo) ainsi que toutes les autres éparpillées dans les différents territoires de la province de la Tshopo ;
    . Saisir le Parquet sur base des Procès-verbaux de constats établis par l’officier de police judiciaire de la coordination provinciale de l’environnement ;
    . Justifier les irrégularités constatées dans les clauses sociales de cahiers des charges signés entre les exploitants et les communautés riveraines.
  • A la société civile de :
    . Accompagner les communautés sur le suivi des activités forestières ;
    . Porter le plaidoyer en faveur des communautés riveraines victimes auprès des décideurs et autres décideurs et acteurs sectoriels.
  • Aux autorités politico-administratives et militaires de :
    . Mettre fin au trafic d’influence en faveur des concessionnaires ;
    . Ne pas s’immiscer dans le domaine de l’exploitation des bois;
    . Faciliter la participation de la société civile dans les processus de réforme de la politique et lois forestières.

Enfin, le cadre de concertation de la société civile de la Tshopo invite les communautés riveraines à rester solidaires pour garantir les intérêts généraux de leurs entités.

Jean Claude Fundi.