Actualités Politique

Tshopo : Le Gouvernement Provincial demande un moratoire de trois mois pour se conformer à la demande de l’Assemblée Provinciale.

Tshopo : Le Gouvernement Provincial demande un moratoire de trois mois pour se conformer à la demande de l’Assemblée Provinciale.

Il s’agit de l’intervention ponctuelle du Gouvernement Provincial à l’Assemblée Provinciale. Au cours d’une réunion interinstitutionnelle ce lundi 16  septembre 2019 entre le Gouvernement Provincial et les membres du bureau de l’Assemblée Provinciale et les présidents des différentes commissions parlementaires mais aussi les chefs d’agences des certaines institutions bancaires et autres Experts de l’Assemblée provinciale, le président de  l’Assemblée provinciale a estimé que cette intervention ponctuelle est  un droit reconnu à son institution dans le cadre de la libre administration des provinces qui stipule que les institutions provinciales fonctionnent au quotidien par les fonds produits localement. L’Assemblée provinciale se voit dans son droit de bénéficier de cette  intervention enfin d’assurer la dignité et l’indépendance des honorables députés, du personnel et de l’institution à travers les émoluments, la prime ainsi que le fonctionnement.

Gilbert BOKUNGU ISONGIBI  pense, par ailleurs, que l’Assemblée provinciale ayant doté le gouvernement provincial de la politique de ses moyens par le vote du budget rectificatif en juillet dernier, son institution est donc dans le plein droit de bénéficier d’une intervention ponctuelle à la taille actuelle de l’institution. Et Gilbert BOKUNGU ISONGIBI de préciser que l’Assemblée Provinciale recommande à ce que la part d’au moins 214 445 970 CDF (Deux Cents Quatorze millions Quatre Cents Quarante Cinq milles Neuf Cents Septante centimes) lui soit versé dès ce mois de septembre 2019 par le Gouvernement Provincial.

Réagissant à cette préoccupation de l’Organe délibérant, le Gouverneur de Province a fait savoir qu’il est difficile pour le moment d’allouer un tel montant à l’Assemblée Provinciale étant donné que le gouvernement provincial a beaucoup des priorités. Louis Marie LUFUNGOLA a donc demandé un moratoire de trois mois  pour se conformer à la demande de l’Assemblée Provinciale.

Théthé BONGUNDJA, Femme reporter