Actualités Social Politique

TSHOPO: Le Gouverneur WALE appelé à démissionner par la Société Civile pour mauvaise gestion de la Province.

TSHOPO: Le Gouverneur WALE appelé à démissionner par la Société Civile pour mauvaise gestion de la Province.

C’est à travers une correspondance ( Lettre ouverte) N°Réf.: CCPSC/TSH/05/LAB/2020, adressée au gouverneur de province, dont une copie est parvenue à notre rédaction, que le cadre de concertation provincial de la société civile de la Tshopo, CCPSC-Tshopo,  fait état des résultats de contrôle citoyens effectué par les acteurs de la société civile. Selon ce rapport, ces résultats démontrent à suffisance la mauvaise gestion qui caractérise la gouvernance du Gouverneur de Province Louis-Marie WALE.

Ce cadre de concertation provincial de la société civile de la Tshopo a fourni dans son rapport les éléments qui fondent cette mauvaise gestion de la chose publique par le Gouverneur de province, parmi lesquels : la trop faible prise en charge des besoins sociaux des populations par l’exécutif provincial. Cela est selon le rapport fondé sur l’indifférence de l’exécutif face aux mauvaises conditions de la vie des populations. C’est justifié par :

« √ L’absence d’engagement du gouverneur sur la gratuité des consommations de l’électricité et de l’eau potable dans la ville de Kisangani à la suite des mesures prises par le chef de l’État dans le cadre de la lutte contre la pandémie du COVID1-9;
√L’inaction du gouverneur face à la dégradation des routes sur l’ensemble de la province de la Tshopo;
√ Sa complicité dans la vente des espaces du marché central de Kisangani;
√La gestion par le gouverneur de criminalités organisées en opposition aux services locaux de justice et de la police locale ;
√Le tribalisme et la xénophobie du gouverneur en recourant à son appartenance tribale en vue d’empêcher le contrôle parlementaire et par les calomnies portées contre les non originaires;
√L’absence de réalisations relatives d’amélioration des infrastructures socio-économiques de base sur fonds propres du gouvernement provincial;
√ Le pillage des ressources naturelles dans les territoires Banalia et Basoko au détriment des lois et des avantages légaux reconnus aux riveraines ou locales et La dégradation de la qualité de desserte en électricité dans la ville de Kisangani ».

Par ailleurs ce cadre de concertation affirme que les conflits interinstitutionnels sont délibérément provoqués par le Gouverneur, notamment l’illégalité dans l’élaboration du schémas provincial et des plans territoriaux d’aménagement du territoire ainsi que les tentatives d’impliquer l’Assemblée provinciale dans les malversations financières et mécanismes de détournement des fonds publics.

On reproche également au gouverneur Louis-Marie WALE LUFUNGOLA,

« d’avoir refuser de collaborer avec la société civile en dépit des efforts fournis par le bureau CCPSC- Tshopo ; de gaspiller les ressources des partenaires au développement ; de détournements des fonds alloués pour les réhabilitations des routes et l’exécution des taux à impacts visibles et désobéissance de l’exécutif provincial aux mesures prises par le chef de l’État pour lutter contre le covid-19″.

Les détails de ces allégations à l’encontre du gouverneur sont contenus dans le rapport de contrôle citoyen d’avril 2020 du CCPSC- Tshopo.

Le cadre de concertation appelle en guise de conclusion, le chef de l’exécutif à bien vouloir donner à la province la chance d’être gérée par une compétence capable de faire prévaloir sa grandeur.

Nous avons tenté de joindre le porte parole de l’exécutif provincial sans succès. Nous y reviendrons.

Trésor BOTAMBA