Actualités Politique Social

Tshopo : l’honorable Zacharie Bahuma prêche la paix entre les deux institutions provinciales

Tshopo : l’honorable Zacharie Bahuma prêche la paix entre les deux institutions provinciales

La crise persiste entre l’assemblée provinciale de la Tshopo et l’exécutif provincial. A la base, la motion de censure contre le gouverneur de province votée à la plénière du 25 juin et dont le résultat est sujet à controverse. En plus de la motion de censure, 19 députés provinciaux ont mis en accusation Louis-Marie Walle Lufungula gouverneur de province. Depuis lors, une crise s’installe ne favorisant pas un bon climat entre les deux institutions.

Afin de mettre fin à cette crise, l’honorable Zacharie appelle les deux institutions à privilégier l’intérêt suprême de la province.

« J’ai toujours dit ceci : il n’y a pas de honte à faire le bien. Si nous sommes pour la population Tshopolaise, remettons-nous en cause, il faut privilégier l’intérêt de la population. Est-ce que l’intérêt de la population va se retrouver si seulement si l’on n’a pas la tête de Walle ? Pour l’intérêt de la province, personnellement, je veux qu’il y ait la paix, qu’il y ait unité. Dans la famille il y a toujours de problèmes », argumente l’élu du territoire d’Isangi.

Le député provincial Zacharie BAUMA estime qu’il n’est pas difficile que les deux institutions se parlent et transcendent le problème. Il appelle surtout ces collègues députés, à se remettre dans les institutions et non de prendre ce problème individuellement.

SelonZacharie BAUMA, ll y a lieu d’avoir pitié de la population. La crise qui persiste entre les deux institutions provinciales est loin de se terminer si l’on peut oser ainsi dire.

Toutes les tentatives de réconciliation entre les deux parties en conflit n’ont accouché que d’une souris morte. L’on se souviendra du premier à se jeter dans l’eau pour cette fin. Il s’agit de l’archevêque métropolitain de l’archidiocèse de Kisangani. Les démarches entreprises par l’archevêque Marcel Utembi Tapa n’ont pas permis aux 19 députés de fléchir.

Pour l’instant, le groupe de 19 députés provinciaux se trouvent à Kinshasa y compris le gouverneur de province. Malgré le pardon du gouverneur de province Louis-Marie Walle Lufungula aux députés provinciaux pour des propos déplacés, est-ce devant le vice-ministre de l’intérieur y compris les députés nationaux et sénateurs de la Tshopo, les 19 députés ont fait la sourde oreille tout en appelant le gouverneur de province à présenter sa démission.
La session de septembre pourtant budgétaire qui s’invite donnera raison au temps.

Jean Claude Fundi