Après Bukavu et Goma, l’empire du silence, treizième film documentaire du cinéaste belge Thierry Michel sur le Congo, sera reçu à Kisangani. Ce film, consacré aux souffrances du peuple congolais, retrace et rappelle les tragédies des vingt cinq ans de guerre, de violences, de massacres, de crimes graves et d’atrocités commises au Nord Kivu, au Sud Kivu, en Province Orientale, au Kasaï, au Katanga et à l’Equateur. 

Selon un communiqué des Organisations de la société civile, OSC, trois projections en présence du réalisateur sont prévues dans la ville de Kisangani : le mercredi 7 septembre à la paroisse Sainte Famille, le jeudi 8 septembre à la paroisse Christ Roi de Mangobo, et, enfin, le vendredi 9 septembre 2022 en la grande salle de l’Espace Culturel Ngoma.

Les Organisations de la Société Civile estiment qu’en l’honneur des victimes des différentes guerres de Kisangani et en commémoration d’une longue tragédie congolaise d’atrocités, elles prient à la population de prendre part à ces projections. Il est à noter que des débats avec le réalisateur sont prévus après chaque projection.

Depuis vingt-cinq ans, la République Démocratique du Congo est déchirée par une guerre largement ignorée des médias et de la communauté internationale. Les victimes se comptent par centaines de milliers, voire par millions. Les auteurs de ces crimes sont innombrables : des mouvements rebelles, mais aussi des armées, celles du Congo et des pays voisins… Tous semblent pris dans un vertige de tueries, pour le pouvoir, pour l’argent, pour s’accaparer les richesses du Congo en toute impunité, dans l’indifférence générale. Parcourant le Congo caméra au poing depuis trente ans, Thierry Michel a été témoin des combats, des souffrances mais aussi des espoirs du peuple congolais. Relayant le plaidoyer du Docteur Mukwege, prix Nobel de la paix, et dans la continuité de son précédent film L’homme qui répare les femmes, il retrace les enchaînements de cette impitoyable violence qui ravage et ruine le Congo depuis un quart de siècle.

La Rédaction.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.