Actualités Social

Tshopo : Faut-il donner raison ou non, à ceux qui pensent que la Tshopo n’a pas de société civile ?

Tshopo : Faut-il donner raison ou non, à ceux qui pensent que la Tshopo n’a pas de société civile ?

Après la publication du rapport d’un contrôle citoyen sur la gestion de la province produit par le cadre de concertation provincial de la société civile de la Tshopo fin avril, des critiques négatives comme positives ont frisées de partout quand à ce.

Ce rapport a été traité de correct par les-uns et d’allégations sans preuve par les autres, et certains ont même estimé qu’il n’existe pas une société civile dans cette province vu que celle qui existe fait objet des manipulations politiciennes.

Après avoir été invité dans plusieurs émissions débats pour éclairer la lanterne ou justifier son rapport, Alphonse LONGONGO, s’est vu invité par le commissariat de la police le 05 mai dernier pour renseignement.

Le 08 mai, les membres du mouvement citoyen Jeunesse et action ont désavoué le président de la société civile à travers une déclaration en lui reprochant de plusieurs griefs dont la recherche de sa propre survie au détriment de la mission et du rôle qui est siens en exigéant du gouverneur une voiture et un salaire équivalent à un conseiller du gouverneur de province.

Le lundi 11mai dernier, alors que les cadres du cadre de concertation de la société civile s’apprêtaient pour accompagner leur président à la police, un membre du gouvernement provincial est venu les rassurer du retrait de la plainte par l’exécutif.

Ce même lundi, David YOFEMO, président jusqu’à  preuve du contraire, désavoué le 08 mai par le mouvement citoyen Jeunesse et action, méconnait ce mouvement citoyen comme membre de la société civile qu’il dirige à travers une interview nous accordé.

Ce mardi 12 mai, ce sont les associations et mouvement citoyens de la commune Mangobo qui ont réitérés leur confiance au chef de l’exécutif provincial, en mettant en garde le cadre de concertation à travers une déclaration et, simultanément, les membres du mouvement citoyen Jeunesse et action ont envahis le bureau de la société civile forces vives de la Tshopo, causant ainsi une forte tension jusqu’à ce que le ministre des ITPR assumant provisoirement les fonctions de son collègue de l’intérieur arrive pour calmer les esprits des uns et des autres.
Ces jeunes revendiquent leurs appartenances à la société civile en réclamant le départ de David YOFEMO, actuel président de cette société civile.

Quelle image retenir ?

Trésor BOTAMBA