La province du Bas-uélé sera présente à la Conférence des Parties, COP 27 qui a lieu en Egypte. Le gouverneur de province, le professeur Jean-Robert NZANZA Bombiti sera représenté personnellement par le ministre provincial en charge de l’environnement, le professeur Ursil LELO Di Makungu qui s’est envolé ce lundi 7 novembre 2022 pour le pays des pharaons. Mais à la veille, intervenant sur radio Okapi dans le cadre du bilan de 100 jours du gouvernement NZANZA, il a déclaré que la province du Bas-uélé s’inscrit sur la politique du président de la République Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo concernant la lutte contre le changement climatique. Et d’ajouter que la RDC ne peut être pays solution sans le Bas-uélé. A titre d’exemple, une seule réserve notamment le Domaine de Chasse BILI-UELE a une superficie de 60.000 kilomètres carrés. C’est de loin supérieur que la province du Nord Kivu, de la ville de Kinshasa et trois fois que la superficie du Rwanda. En conséquence, il dénonce avec la plus grande fermeté l’hypocrisie de la communauté internationale. Si la politique de conservation durable pouvait conduire au développement, dit-il, le Bas-uélé sera la province la plus développée. Car aucune province de la RDC n’a su consentir le sacrifice comme celui du Bas-uele à travers ses communautés. Étant donné que plus de la moitié de la province est couverte des aires protégées. Mais de l’autre côté, il n’y a pas des retombées. « Ainsi, nous voulons une justice équitable aussi bien au niveau national qu’international. Celui qui donne le mieux ne reçoit que les miettes. Nous n’accepterons plus cette injustice. En conséquence, nous irons en Egypte avec un ton de fermeté et d’interpellation. Parce que dans les 74 kilomètres carrés des aires protégées du Bas-uele, il y a tous les minerais stratégiques qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Il y le coltan, l’étain, la cassitérite, … En conséquence, quand on a tout, on ne peut pas vivre dans la pauvreté », conclut le ministre provincial de l’environnement du Bas-Uélé.

FROK