Actualités Santé

Covid-19 : l’Afrique face à la pandémie du siècle (chronique)

Covid-19 : l’Afrique face à la pandémie du siècle (chronique)

L’Afrique, l’un de continent le plus pauvre de la planète terre, n’est épargnée du coronavirus, cette pandémie qui fait table rase à travers les pays les plus industrialisés du monde. Lundi 13 avril, le continent noir comptait, 14 525 cas confirmés de coronavirus. Le covid-19 a déjà coûté la vie à 788 personnes sur le continent, note le centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’union africaine.

Quatre pays ont dépassé la barre des 1 000 cas. Il s’agit de l’Afrique du Sud, l’Algérie, l’Égypte et le Maroc.
Cependant, un chiffre compte aussi, celui du nombre de personnes guéries. À ce jour, selon le Centre pour la prévention et le contrôle des maladies de l’Union africaine, 2 570 personnes ont été déclarées guéries de la maladie sur le continent.

Pendant ce temps, Le coronavirus touche lourdement l’Afrique du Sud, qui reste le pays le plus atteint du continent. Les chiffres officiels font état à ce jour de 2 173 cas et 25 décès. Mais après deux semaines et demie de confinement, la progression du virus ralentit, à en croire le ministère de la Santé Sud-africain.

4 envoyés spéciaux de l’UA pour mobiliser des fonds

Trois hommes et une femme, déjà surnommés les quatre fantastiques, ont été désignés envoyés spéciaux chargés de mobiliser la communauté internationale pour aider l’Afrique à surmonter les effets de la pandémie. Quatre spécialistes des questions financières et d’aide publique, nommés par Cyril Ramaphosa, le président sud-africain également président en exercice de l’Union africaine.

Ouf de soulagement pour l’Angola ?

Plus de 250 médecins cubains sont arrivés vendredi 10 avril à Luanda pour aider les autorités angolaises à combattre l’épidémie de coronavirus. Les médecins cubains seront répartis sur l’ensemble du territoire angolais. À ce jour, l’Angola, a enregistré 19 cas confirmés de Covid-19, dont deux décès.

Des interpellations au Maroc

Ces deux derniers jours, les autorités marocaines ont arrêtées 4 300 personnes. Plus de la moitié ont été placées en garde à vue pour non-respect des mesures imposées contre la propagation du coronavirus.
Depuis la déclaration de l’état d’urgence sanitaire mi-mars, les autorités ont interpellé 28 701 personnes dans le royaume dont près de 15 500 ont été déférées en justice, selon un communiqué de la Sûreté nationale (DGSN).
Les contrevenants risquent jusqu’à trois mois de prison et des amendes allant jusqu’à 1 300 dirhams (environ 124 €).

Jean Claude Fundi