Environnement Actualités Social

Environnement : Exploitation illicite des forets dans le territoire de Basoko, Honorable Eve BAZAIBA adresse une question orale au ministre de l’environnement.

Environnement : Exploitation illicite des forets dans le territoire de  Basoko, Honorable Eve BAZAIBA adresse une question orale au ministre de l’environnement.

Dans cette correspondance de l’élue de Basoko  adressé le 20 Novembre dernier au Ministre national de l’environnement, Eve BAZAIBA MASUDI fustige ce qu’elle qualifie d’exploitation illicite des forets dans le territoire de Basoko par la société chinoise « la Forestière pour le Développement du Congo », FODECO en sigle.

Eve BAZAIBA, Elue de Basoko

Selon ses  observations, une crise de confiance s’est installée entre les communautés de BASOKO et la FODECO, qui exploite de manière illicite, sauvage et dévastatrice, les forets du Territoire de BASOKO,  dans les trois Groupements de la Chefferie de YALIWASA, notamment à YAWINAWINA, MOKULA, MOHONGE et aussi frauduleusement dans le quatrième Groupement GBAKULU. Cette exploitation  touche malhonnêtement le village KOKI dans le Secteur de BOMENGE.

Les expatriés chinois de FODECO se comportent en véritables « conquistadors » du temps moderne, maltraitant leurs ouvriers considérés comme des sous-hommes.  Sous prétexte de prospection, ils se livrent clandestinement à l’extraction du miel et des minerais dans le Secteur de BANGELEMA MONGANDJO.  Pour couvrir leur forfait, les responsables de FODECO ont mis en place un Comité Local de Gestion et un autre chargé de Suivi, dirigé par l’Administrateur du Territoire.

A ce jour, malgré plusieurs rappels à l’ordre et des actions citoyennes pour protester contre la non – réalisation du cahier des charges,  du reste falsifié, aucun résultat escompté n’a été réalisé. Pendant ce temps, FODECO continue la déforestation vertigineuse et effrénée sans respect du Code forestier ni d’une quelconque réglementation en la matière, moins encore un programme de reboisement.  Cela a comme conséquences négatives, la dégradation très avancée des écosystèmes et des menaces qui pèsent sur la biodiversité, sans oublier la malnutrition qu’elle entraîne.

Et pourtant, poursuit-elle, l’Arrêté du Premier Ministre qui crée la « Foresterie Communautaire » stipule que nul ne peut désormais se livrer à une exploitation forestière sans le consentement éclairé de la population riveraine concernée.

Comme si cela ne suffisait pas, une autre société dénommée FORABOLA, après avoir exploité la forêt de BASOKO depuis plus d’une décennie, spécialement dans le secteur de BANGELEMA MONGANDJO qui est saigné à blanc sans respect du cahier des charges. A ce jour, bénéficiant de la complicité du Chef de Secteur, cette entreprise tente de déposséder la population du Secteur de TURUMBU de toute sa forêt.  Il en est de même de la Société FERONIA, acheteur des Plantations des Huileries du Congo, PHC en sigle, qui s’est accaparé depuis 1911 de la forêt du secteur de LOKUTU.

Certains villageois, à chaque réclamation des droits des riverains, se voient arrêtés et mis en prison par les responsables de ladite Société. C’est le cas du Chef du village de YALIFOMBO, ainsi que 4 autres villageois et enseignants qui croupissent actuellement en prison à Kisangani. Ce qui est à la base des vives tensions, ayant occasionné mort d’homme dans la cité de LOKUTU.

Au vu de la gravité des faits ci – haut évoqués,  la représentation nationale voudrait savoir ce qui suit :

« 1. Comment la société chinoise FODECO s’est – elle retrouvée à BASOKO et avec quels documents légaux ? 2. Les Forêts du Territoire de BASOKO sont ils vendues aux sociétés FODECO, FORABOLA et FERONIA, sans que les ayants droit n’en soient informés ? 3. Avant que l’irréparable n’arrive sur le terrain, comment le Ministre de l’Environnement et développement durable compte t-il s’y prendre vis-à-vis de la destruction des forêts de BASOKO par ces sociétés étrangères qui bafouent de manière ostentatoires les droits des communautés locales ».

Rappelons que le territoire de Basoko est distant d’environ 192 Kilomètres de Kisangani et se  situé au nord de l’équateur et semble former un triangle scalène (22436Km2, soit plus de 1/ 3 de la Belgique ou plus ou moins 2/3 du Rwanda) dont la base, au sud, baigne entièrement dans le fleuve Congo tant disque les deux autres cotés, à l’est et ouest, sont arrosés particulièrement et successivement par les rivières lohale (drôlement appelée Aruwimi) et Itimbiri.

Trésor BOTAMBA