Actualités Social Enseignement

ESU : Revendications des étudiants : « les étudiants feraient mieux de se soulever lorsqu’il y a majoration des prix de produits de premières nécessités » (Dixit Prof Billy BOLAKONGA)

ESU : Revendications des étudiants : « les étudiants feraient mieux de se soulever lorsqu’il y a majoration des prix de produits de premières nécessités » (Dixit Prof Billy BOLAKONGA)

C’est  depuis ce matin que les échauffourées sont observées entre les éléments de la Police Nationale Congolaise, PNC, et les étudiants de l’Institut des Bâtiments et Travaux Publics, IBTP. Ce mouvement a pris toute une autre allure. Les autres institutions d’enseignement supérieur ont été également touchées. C’est le cas de l’Université Mariste du Congo.

Les étudiants de l’IBTP et visiblement quelques éléments de la faculté des sciences ont fait irruption vers 10 heures 35 à l’Université  Mariste du Congo et ont perpétré des troubles pendant une vingtaine des minutes réussissant au passage à perturber le déroulement des cours et à disperser les étudiants et les respectueux enseignants qui remplissaient assidûment leurs devoirs.

Selon le Recteur de cette institution privée d’enseignement supérieur, ce matin les cours ont repris normalement à l’Université Mariste du Congo. Alors que les étudiants de différentes promotions suivaient calmement les cours dans les auditoires depuis 8h00, une horde des jeunes surexcités a surgi dans l’enceinte de cette Université munie des pierres et des gourdins pour disperser les étudiants. Billy BOLAKONGA pense que ces « étudiants » cherchaient visiblement à entraîner tout le monde dans leur mouvement insurrectionnel en impliquant même ceux qui ne sont pas du secteur public. Ils veulent, selon lui, faire en sorte qu’aucune université ne fonctionne normalement tant qu’eux n’auront pas eu gain de cause dans leurs revendications.

« Je fustige cette nouvelle agression barbare contre l’UMC qui est une université privée et qui, par ricochet,  n’est pas concernée par les vicissitudes liées à la fixation des frais académiques. Par ailleurs, je stigmatise la tendance à la violence dans le chef d’une certaine jeunesse prétendument intellectuelle dont le comportement heurte sérieusement la civilisation et fait craindre pour l’avenir de notre pays. Je ne comprends toujours pas comment cette même jeunesse s’est jamais soulevée lorsqu’il y a majoration des prix de produits de premières nécessités alors qu’elle se révolte à la fois contre leurs institutions respectives pour un bien qui hors de prix, qui dure toute la vie et qui donc rapportera de loin au-delà du prix, du reste dérisoire à savoir la science véhiculée par les universités »

Ce même mouvement est observé à l’Université de Kisangani où depuis le matin la tension reste tendue. Les étudiants, qui veulent coûte que coûte faire entendre leur voix et manifester leur mécontentement, tentent de gagner le centre ville. La police, qui est même entrée dans les auditoires pour chercher les semeurs des troubles, à utiliser le gaz lacrymogène pour disperser les manifestants. Selon un assistant joint par téléphone, il y a un désordre total et des coups de feu ont été entendus.

Cependant, après intervention de la Police Nationale Congolaise, les cours ont repris à l’Université Mariste du Congo.

La Rédaction