Actualités

Front intérieur : au-delà des mots… (Tribune de José Nawej)

Front intérieur : au-delà des mots… (Tribune de José Nawej)

Battre le rappel des troupes -au propre comme au figuré -quoi de plus légitime ! Appeler à l’unité derrière les vaillantes FARDC, quoi de plus normal ! Résistance à la énième agression oblige. Pour patriotiques qu’ils soient, ces appels ne suffisent, cependant, pas à mettre toutes les composantes de la nation congolaise sur le même diapason. Encore faudra-t-il que des actes et autres signaux forts suivent. Sinon, on est parti pour une longue séquence « slogan », « incantation » et autres… motions de soutien intéressées dont les politiques détiennent le secret. Pas sûr que ce type d’exhibitionnisme soit à même de faire bouger les lignes.

L’exercice que dicte la menace existentielle sur le pays consiste plutôt à mettre un contenu concret dans le florilège d’appels à la mobilisation générale qui fusent de partout. En clair les dirigeants rd congolais, au premier rang desquels le chef de l’Etat, devraient créer les conditions de l’indispensable front intérieur. En l’espèce, il n’y a pas 36 solutions pour y arriver.

Comme partout ailleurs, le Président ne saurait faire l’économie d’une consultation des leaders des forces politiques et sociales représentatives. Ces personnalités ne sont pas des OVNI-objets volants non identifiés- . Elles sont connues de tout le monde.

En commençant par son prédécesseur qui, en plus du fait qu’il est à la tête d’une famille politique non négligeable, a été confronté au même défi. Ses avis et conseils ne sauraient être de trop. Comment faire l’impasse sur d’autres leaders qui ne battent pas pavillon « Union sacrée » et rêver d’une mobilisation de tous les Congolais ? Comment ne pas faire un pas vers les deux mastodontes de l’espace « confessions religieuses » à savoir l’Eglise catholique et l’ECC et prier pour que l’unité se fasse derrière l’Armée?

Les saintes écritures, en l’occurrence la Bible, que presque tous les Congolais récitent à longueur de messe ou de culte n’indiquent-elles pas : « Et si une maison est divisée contre elle-même, cette maison ne peut subsister » ?

José NAWEJ