Actualités Social

Les acteurs de la société civile de la Province de la Tshopo renforcent leurs capacités sur la protection des civils.

Les acteurs de la société civile de la Province de la Tshopo renforcent leurs capacités sur la protection des civils.

Le coup d’envoi de cet atelier de renforcement des capacités, organisé par le bureau conjoint des nations unies des droits de l’homme, a été donné ce mercredi 5 septembre au restaurant la Fourchette Boyomaise de Kisangani. Les participants, vingt cinq en tout, sont venus de Bas-Uélé, de la ville de Kisangani et des quelques territoires de la Tshopo à l’occurrence Opala, Isangi et Bafwasende.

Pour Serge KOSI AGOSSOU, facilitateur de cet atelier, il est question de réexpliquer la loi sur la violence sexuelle et les dispositions à prendre par la société civile, mais aussi étudier les comportements à adopter par les forces nationales pour ne pas commettre les violences sexuelles envers la population tout en dénonçant aussi ces violences sexuelles.

Selon lui, après la formation, les participants devront travailler sur la protection des civiles, aider les forces nationales, appuyer la MONUSCO dont le bureau conjoint des nations unies des droits de l’homme, pour recueillir les informations sur les incidents, leur permettre de les analyser, de proposer des solutions et des mesures des mitigations des risques aux autorités afin que la protection des civils soit efficace dans les zones des conflits.

Un autre atelier de ce genre sera organisé à l’intention de vingt cinq éléments des Forces Armées de la République Démocratique du Congo et de la Police Nationale Congolaise venus de Bas-Uélé et de la Tshopo pendant deux jours, à partir du 07 septembre pour les mêmes résultats.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.