Actualités Social

Santé : Le personnel de l’HGR Makiso persiste et signe : « Pas de démission du médecin Directeur, pas de travail ».

Santé : Le personnel de l’HGR Makiso persiste et signe : « Pas de démission du médecin Directeur, pas de travail ».

Sifflets et chants hostiles au Médecin Directeur, c’est une ambiance inhabituelle qui s’observe ce lundi 05 Aout 2019  dans l’enceinte de l’hôpital général de référence de la MAKISO Kisangani. Tous les personnels, corps soignants et administratifs étaient munis des banderoles  et affiches réclamants le départ immédiat de leur médecin directeur, docteur Matthieu BAFOA.  Sur les banderoles et affiches on pouvait lire, « l’hôpital général de référence de MAKISO par terre », « gestion chaotique, docteur BAFOA dégage », « démotivation du personnel ». Sur d’autres affiches il était également inscrite, « clochardisation du personnel, stop à la dictature du docteur BAFOA », « pas de démission du docteur BAFOA pas de travail », « stop à la privatisation et à la maltraitance du personnel de l’hôpital général de référence de MAKISO par  docteur Mathieu BAFOA ».

Pour cette deuxième manifestation après celle du 1er  Juillet dernier, ces agents et fonctionnaires de l’hôpital général de Référence de MAKISO Kisangani continuent à réclamer  le départ de leur médecin directeur. Ils reprochent à ce dernier une mauvaise gestion mais aussi le non-paiement de leurs primes.

Docteur Mathieu BAFOA, Médecin directeur de cette institution sanitaire, avait rejeté en bloc tous les griefs portés contre lui et avait qualifié cette situation de manipulation. Toutefois, une rencontre d’urgence avait réuni autour d’une table les syndicalistes du personnel et le chef de division provinciale de la santé Tshopo pour des solutions appropriées aux revendications des manifestants. Jusque là la situation peine a être décantée.

Pompon BEYOKOBANA

 

Lire aussi : https://www.rfmtv.net/sante-la-tete-du-docteur-matthieu-bafoa-ne-plait-plus-aux-agents-et-fonctionnaires-de-lhopital-general-de-reference-de-makiso-ils-reclament-son-depart/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.