Actualités

Tshopo/Basoko : Un homme atteint par balle entre la vie et la mort.-

Tshopo/Basoko : Un homme atteint par balle entre la vie et la mort.-

Pas des soins appropriés pour la victime atteint par balle lors d’échange des tirs le 25 décembre dernier entre les éléments de la police nationale congolaise et les militaires. Ces échanges ont causé la blessure d’un homme par balle et la perte des plusieurs biens de valeur.

Cet événement a eu lieu dans la localité Yakonga 2 situé à 123 kilomètres de Basoko centre, Secteur de Mobango-Itimbiri, groupement Mokaria. Un commandant de la police basé au village précité et élément des FARDC se sont disputés un détenu avec son acolyte de FADRC. Se sentant menacé, le commandant de la police avait fait appel aux éléments du sous-commissariat de bolila dans la chefferie des yaliwasa. Chemin faisant, ces éléments de la Police Nationale Congolaise sont descendus à Yakonga2 où ils se sont livrés à des actes de vandalisme en pillant betails et biens de valeur, tout en procédant à des arrestations des civils.
Plusieurs habitants avaient s’étaient réfugiés dans la brousse et vivent actuellement dans des familles d’accueil dans des villages proches, affirment des sources sur place.

Après cette opération, affirment nos sources, ces policiers ont ouvert le cachot en exigeant la somme de 800 000 FC a tout détenu pour être libéré.

Une situation qui inquiète les populations de ce coin qui lancent un appel aux autorités provinciales et nationales afin de trouver une solution pour leurs permettre de vivre paisiblement. Elles réclament surtout le démentelement de tous les bureaux T2 basés dans les secteurs et chefferies avant que le pire arrivent.

 » …nous sommes fatigués des atrocités à répétition par les militaires presque chaque mois et sans que les autorités n’interviennent…nous allons agir autrement… », souligne un habitant de Basoko.


De 2019 à 2020, six dossiers causant morts d’hommes et blessures graves sont été enregistrés dans ce coin de la province et les autres restent impunis.

Augustin Tsheza depuis Basoko.