Actualités Politique

Tshopo : cacophonie dans l’annonce des résultats de la motion de censure contre le gouvernement provincial

Tshopo  : cacophonie dans l’annonce des résultats de la motion de censure contre le gouvernement provincial

A l’annonce des résultats par le président de l’Assemblée provinciale, ce dernier est passé par des tergiversations. Il a du coup annoncé que le gouvernement provincial est démissionnaire, puis annoncé un deuxième tour de vote, et enfin, après lecture de quelques articles du règlement intérieur de l’organe délibérant, le président de l’Assemblée provinciale annonce par surprise que le gouvernement reste en place. Une situation qui a causé la confusion dans le chef de la population.

Ressaisi, l’honorable Gilbert Bokungu annonce à la presse que le gouvernement de la province de la Tshopo est réputé démissionnaire à l’issue du vote exprimé par les députés provinciaux. Selon ces résultats, 13 députés ont voté pour la motion de censure initiée contre le gouvernement provincial, 10 ont voté contre et 5 bulletins nuls. C’est la conséquence de la plénière de ce jeudi 25 juin et qui fait tomber le gouvernement provincial de la province de la Tshopo. Sur 28 députés qui ont pris part au vote, 23 suffrages ont valablement été exprimé et 5 bulletins nuls.

Peu après ce vote, le Porte – Parole du Gouvernement est passé dans le journal parlé de la Radio Télévision Nationale Congolaise, Antenne de Kisangani, pour annoncer au nom du Gouverneur que le Gouvernement provincial reste en place à l’issue du vote de la motion qui a eu lieu de jeudi.

« …je suis venu remercier les honorables députés provinciaux qui viennent d’opter finalement pour la raison. Ils ont privilégié l’intérêt  général contre l’intérêt privé ou personnel… la majorité absolue ne s’est pas dégagée. Il n y a pas eu une majorité absolue tel que l’exige la loi. La motion a eu 13 voix pour et 10 voix contre. C’st clair. Le Gouvernement provincial reste en place. Et le Gouverneur Walle reste en place…. »

Pour le Professeur OTEMIKONGO, enseignant à l’Université de Kisangani, et ancien coordonateur de la CENI, réagissant sur les réseaux sociaux, les résultats d’une élection se basent uniquement sur les suffrages valablement exprimés. Ce qui revient à dire qu’il ne faut pas tenir compte des bulletins blancs et des bulletins nuls. Pour le cas échéant, on devra tenir compte uniquement  des votes favorables et des votes défavorables. 

Une crise institutionnelle se pointera – t – elle à l’horizon ?

Huit députés signataires de la motion de censure à l’endroit du gouvernement provincial accuse l’autorité Provinciale de l’inertie et de la gestion calamiteuse des finances publiques. Ces élus provinciaux estiment que plus d’une année passée, force est de constater que les espoirs suscités par l’élection de l’actuel Gouverneur de province et la mise en place de son équipe gouvernementale s’évanouissent, créant ainsi un fossé entre les multiples attentes de la population et la réalité sur terrain.

La Rédaction