Actualités Société

TSHOPO / ENERGIE : L’absence de leadership pourrait condamner Kisangani à demeurer dans le noir (Déclaration).

TSHOPO / ENERGIE : L’absence de leadership pourrait condamner Kisangani à demeurer dans le noir (Déclaration).

Le vendredi 30 septembre dernier,  lors de la rentrée parlementaire, le député Bienvenu Bolongue Limote a annoncé que le Gouvernement central prévoit au moins huit millions, cinq cent mille dollars américains pour l’électrification de la ville de Kisangani.

Selon lui, ces fonds serviront à la rénovation de la centrale hydroélectrique de la Tshopo, et  les autorités envisageraient de remplacer au moins une tribune, car toutes les trois tribunes, état de vétusté, fonctionnent avec des pannes intempestives. Très bonne nouvelle pour les boyomais qui ont vraiment besoin du courant électrique.

Cependant, le décaissement de cette somme paraît synonyme d’un combat à mener, et tenter d’influencer les choses pour y arriver. Le député provincial Bienvenu Bolongue a expliqué à nos confrères de kis24.info que dépassé  le 30 octobre en cours, la dite somme tombera caduque, car le budget 2022 arrive à son terme.

Le rapporteur-adjoint de l’assemblée provinciale de la Tshopo pense que l’obtention de cette somme dépendra du leadership local et national des Tshopolais, et que l’actuel exécutif provincial devra s’impliquer pour arracher cette somme. Pour Bienvenu Bolongue, le vrai problème, c’est l’absence de leadership dans la province.

« Le montant budgétaire est déjà fixé. Le problème se trouve au niveau de la province, que l’autorité fasse un effort pour qu’il obtienne le décaissement ».

Toutefois, il reconnaît que Madeleine Nikomba, actuelle Gouverneure de province, s’est déjà investie dans ce dossier, que tous les documents y afférant ont déjà été signés et que toutes les instances ont été saisies pour que cette somme soit décaissée.

Bienvenu Bolongue prône pour une synergie entre l’exécutif provincial, les députés provinciaux et nationaux, car il estime que le temps court trop vite, et qu’une pression serait salutaire.

Il y a plus d’une semaine, des échanges autour de la réparation d’une turbine ont eu lieu entre la SNEL, l’ENABEL et la Gouverneure. Une solution d’urgence, à l’issue de ses assises, aurait été décidée.

La Rédaction.