Actualités Social

Tshopo : La dynamique des femmes juristes retirée du projet leader féminin.

Tshopo : La dynamique des femmes juristes retirée du projet leader féminin.

Est-ce une victoire du cadre de concertation de la société civile de la Tshopo dans sa démarche sur la sélection des organisations de la société civile au projet voix et leadership féminine exécuté par le centre carter ?

L’on ne saurait répondre ni par oui, ni par non à cette question.
Du moins, au cours des échanges de ce vendredi 18 septembre axé sur la restitution des échanges avec le centre carter sur la sélection des organisations de la société civile pour le projet voix et leadership féminine, le président du cadre de concertation de la société civile Tshopo a annoncé à ses pairs que l’organisation qu’il qualifie de fictive,  » la dynamique des femmes juristes sélectionnée par le centre carter pour le projet voix et leadership féminine a été élagué de ce projet.

« A la suite des revendications des acteurs de la société civile, j’ai à rencontrer le directeur pays du centre carter sur la question de la sélection qui a été opérée par rapport à la mise en œuvre de ce projet en province de la Tshopo. Il y a beaucoup d’avancés qu’il faut retenir, d’abord le fait que notre plaidoyer après notre rencontre avec le directeur pays du centre carter a été porté par lui-même qui avait pris la responsabilité afin de présenter le plaidoyer au comité de pilotage. De ses avancées, les organisations de la société civile que nous avons dénoncées comme n’existant pas en province de la Tshopo ont été mises de côté par le centre carter. Elles ne sont plus les partenaires du centre carter », explique Alphonse Longong.

Et d’ajouter que l’autre avancée est que l’acteur principal constaté au sein du centre carter pour la sélection de l’organisation fictive n’est plus au centre carter, mais aussi l’ouverture de cette structure aux organisations de la société civile de la Tshopo.

Le président du cadre de concertation de la société civile de la Tshopo souligne que les acteurs des organisations citoyennes de la Tshopo émettent le vœu de poursuivre les échanges avec le centre carter pour demander à ce qu’une autre organisation de la Tshopo poursuive la mise en œuvre du dossier écarté. Il s’agit du collectif des femmes pourtant sélectionné par le centre carter à ce projet mais appelé à travailler avec la structure réputée fictive dans la Tshopo.

Il convient de noter que le cadre de concertation de la société civile de la Tshopo s’était opposé à la sélection de la dynamique des femmes juristes qui était sélectionné pour ce projet. Pour le cadre de concertation de la société de la Tshopo, cette organisation demeure fictive dans la Tshopo. L’ONG Congo en images également a été sélectionné dans la province de la Tshopo pour exécuter ce projet du centre carter.

Jean-Claude Fundi