Actualités Politique

Tshopo : « on ne gère pas une province sous fond d’émotion et des sentiments » ( Ingénieur Walter Ngendja, ministre provincial révoqué).

Tshopo : « on ne gère pas une province sous fond d’émotion et des sentiments » ( Ingénieur Walter Ngendja, ministre provincial révoqué).

Révoqué pour manquement grave par le gouverneur de province, l’ancien ministre provincial de l’agriculture, pêche et élevage, environnement et développement durable, qualifie l’acte du gouverneur Louis-Marie Walle Lufungula de non évènement.

Dans une interview accordée à la presse ce vendredi 17 juillet au lendemain de sa révocation, Walter Ngendja considère de vaste blague sa révocation du gouvernement provincial.

“…Il y a des préalables pour révoquer un ministre. On ne peut pas être démissionnaire et en train de poser des actes de disposition”, lâche l’ingénieur Walter Ngendja tout en restant confiant en lui.

Se sentant heureux dans sa peau d’ingénieur, le désormais ancien ministre de l’agriculture, pêche, élevage et environnement annonce sans vergogne qu’il ne serait pas demandeur d’emploi dans le gouvernement Walle.

Je ne suis pas demandeur d’emploi dans un gouvernement comme celui de Walle. En tout cas, il y a eu ce qu’il y a eu”, note le ministre révoqué.

S’interrogeant sur les conditions de travail ainsi que le social, l’ingénieur Walter Ngendja révèle qu’il n’avait jamais été doté d’un véhicule officiel ni bénéficier des frais de fonctionnement moins encore de la rétrocession. Il annonce par ailleurs avoir quitté le gouvernement provincial avec un retard de paiement de quatre mois (Arriérés).
Le ministre provincial de l’agriculture révoqué se dit réservé les droits de faire respecter certains de ces droits fondamentaux violés au nom d’une certaine tyrannie. Et d’ajouter que la province ne peut se gérer sous fond d’émotion et sentiment.

Nommé en juillet 2019 et révoqué en juillet 2020, l’ingénieur Walter Ngendja vient de passer une année à la tête de cet important ministère. Sa révocation ainsi que celle de son collègue du plan, interviennent en cette période où le gouvernement provincial passe dans des turbulences suite au vote de la motion de censure du 25 juin 2020 et dont les juridictions ont été saisi pour le départager avec l’assemblée provinciale.

Jean Claude Fundi

Lire aussi : https://www.rfmtv.net/tshopo-la-verite-aurait-cloue-patrick-matata-au-pilori/