Actualités Environnement

Tshopo : Séduit par la Tour à flux de Yangambi, l’ambassadeur de l’Allemagne promet d’en faire large écho.

Tshopo : Séduit par la Tour à flux de Yangambi, l’ambassadeur de l’Allemagne promet d’en faire large écho.

Installée dans la réserve de biosphère de Yangambi depuis octobre 2020, la Tour à flux, une première au cœur des forêts tropicales du bassin du Congo, ne cesse d’attirer du monde. Scientifiques, autorités nationales et diplomates ne cessent de venir s’imprégner de cet outil combien important pour la fixation de carbone.

Docteur Oliver Schnakenberg, ambassadeur de l’Allemagne en République démocratique du Congo, n’a pas dérogé à la règle. Mardi 01 février 2022 durant son séjour de 48 heures dans le paysage de Yangambi, ce diplomate allemand a reçu des experts scientifiques, des explications autour de la Tour à flux ainsi que son fonctionnement.

« Je suis reconnaissant et ravi de me familiariser avec la philosophie, la méthodologie et les objectifs de cette construction de la Tour Congo flux », estime docteur Oliver Schnakenberg après avoir escaladé cette tour haute de 55 mètres.

Pour ce diplomate allemand, son pays est indirectement impliqué dans la réalisation de CONGO FLUX car étant membre de l’Union européenne, principal bailleur de fond de ce projet.


« J’ai eu l’occasion de faire connaissance de ce projet et de le comprendre. Je crois que c’est une innovation qui nous permet de mieux comprendre ce qui se passe dans l’atmosphère, les échanges de gaz, la météo, le vent, la radiation et beaucoup de choses pour mieux comprendre notre environnement », a déclaré Oliver Schnakenberg.

Convaincu de l’importance et de la capacité de la Tour à Flux de Yangambi, l’ambassadeur de l’Allemagne promet de rencontrer et encourager d’autres ambassadeurs à visiter ce joyau pour afin propager cette innovation technologique.
A l’en croire, la République démocratique du Congo pourra beaucoup bénéficier de cet outil dans la protection de l’environnement, de la maîtrise du changement climatique et de la protection de la biodiversité.

CONGO FLUX est le fruit du partenariat de plusieurs institutions dont le centre international de la recherche forestière (CIFOR), l’Université de Gand, l’institut national d’études et de recherches agronomiques (INERA), la société RSD et l’école régionale post-Universitaire d’aménagement et de gestion intégrée des forêts tropicales (ERAIFT) ainsi que la Tour Congo flux.

La Tour à Flux a pour but de combler un énorme déficit de données sur l’importance des forêts humides africaines dans la capture des émissions mondiales de carbone, les changements dans les régimes pluviométriques locaux et régionaux, et l’effet de la déforestation sur le réchauffement climatique.
Il sied de noter que toutes les données produites par cette tour seront ouvertes et gratuites pour la communauté scientifique internationale.

Jean-Claude Fundi

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.